La Nouvelle Tribune

Suite au communiqué de la présidence

Espace membre

Les jeunes de la mouvance étalent leurs carences

Les jeunes de la mouvance ont exposé leurs carences, au cours de la conférence de presse qu’ils ont donnée vendredi dernier à Cotonou. Frédéric Béhanzin et El Farouk Soumanou n’ont pas convaincu par rapport à la polémique qu’ils ont soulevée au sujet du dernier communiqué de la présidence de la République.

Frédéric Béhanzin et El Farouk Soumanou, au nom des jeunes de la mouvance, ont réagi ce début de weed end à Cotonou pour apporter des éléments par rapport au dernier communiqué de la présidence de la République. De leurs déclarations, il y ressort qu’ils ont encore du chemin à faire en politique. Pensant défendre le gouvernement, ils ont aggravé la situation par leurs propos très peu convaincants. Les deux conférenciers ont donné leur point de vue dans cette affaire mettant en cause certaines déclarations jugées diffamatoires du couple Soglo contre le chef de l’Etat. Au lieu de se taire, parce qu’ils n’ont pas d’arguments fondés, ils ont déclaré que ledit communiqué est une œuvre piratée. Dans quel pays les Béninois sont aujourd’hui ? Peut-on dire qu’un communiqué signé du secrétaire général du gouvernement est piraté ? Non. Si c’était vraiment le cas, Frédéric Béhanzin et El Farouk Soumanou, maîtres chanteurs de tous les régimes, sont mal placés pour le dire. Le porte-parole de la présidence ou celui du gouvernement aurait pu monter au créneau pour le dire, si c’était réellement une manipulation. Le silence de l’un ou de l’autre est la preuve visible de ce que ce communiqué émane du pouvoir en place. C’est pourquoi les observateurs de la politique nationale estiment que ces deux conférenciers auraient dû se taire. Leur sortie est venue compliquer la tâche au chef de l’Etat. C’est comme si ce dernier ne contrôle plus rien dans ce pays, si l’on se réfère à l’affaire Cen-Sad et autres où il a affirmé n’avoir rien contrôlé.
Frédéric Béhanzin et El Farouk Soumanou ont étalé ses carences dans un autre volet du dossier. Parlant de l’envoi d’une délégation du chef de l’Etat pour présenter les excuses au couple Soglo, les deux conférenciers ont affirmé le contraire. Selon leurs déclarations, les Soglo ont reconnu avoir tenu des propos discourtois à l’encontre du chef de l’Etat à la mission présidentielle à eux envoyée.

{mosgoogle}Mais, ils n’ont pas apporté les preuves de leurs dires au cours de cette conférence de presse. Ceci risque de compliquer la tâche au président Boni Yayi qui fait des pieds et des mains pour avoir la Renaissance du Bénin (Rb) à ses côtés en 2011. Il y ressort de cette conférence de presse que Frédéric Béhanzin et El Farouk Soumanou sont de simples agitateurs politiques qui veulent se faire remarquer au soleil du Changement. En défendant leurs intérêts personnels, ils rendent la mission difficile au chef de l’Etat. Leur dernière sortie médiatique a montré encore que l’entourage du président Boni Yayi a de graves limites en politique.

Georges Akpo