La Nouvelle Tribune

Le phénomène de destitutions de maires de retour

Espace membre

Les maires des communes non acquis à la cause du régime en place ont du souci à se faire. Les projets de destitutions fleurissent à leur encontre. Après Malanville, commune aux mains du G13, où le projet n’a pas abouti, la commune qui s’est faite le plus parler d’elle cette semaine est Dangbo. Elle aussi étant dirigée par un maire G13.

Pour le moment, le projet n’a pas non plus prospéré. Tout ceci, vraisemblablement n’est que le début d’une tactique qui consiste à prendre le contrôle des communes dans la perspective de l’élection présidentielle. Certains observateurs assurent également que plus la fatidique date se rapprochera, plus on va noter la multiplication de ce phénomène. Car, si jusque-là, les tentatives qui sont observées actuellement semblent porter la griffe de la mouvance présidentielle, les autres formations et alliances de partis politiques  voudront, eux aussi, prendre possession de certaines zones qui n’étaient pas de leur escarcelle. Dès lors, les populations de ces communes sont les grandes perdantes.

En effet, dans cette guerre d’affirmation de son hégémonie politique, les différents partis ou alliances de partis ne se rendent pas compte qu’ils freinent le développement de ces communes. Si on prend l’exemple de certaines propositions contenues dans une lettre qu’auraient dressée deux élus communaux de Dangbo à un ministre du gouvernement du Dr Boni Yayi, on est conforté dans cette idée. Dans ladite lettre, les deux élus locaux demandaient à l’autorité gouvernementale de diviser la commune originelle pour en faire deux. Ils précisent qu’au cas où, ils échoueraient dans leur tentative de destitution du maire actuel, qu’ils continueront à troubler le mandat en cours et ne voteront pas les budgets.

{mosgoogle}Ces mêmes individus souhaitent que le ministre bloque les subventions de l’Etat à l’endroit de leur commune ainsi que d’autres projets. En retour, ils promettent apporter leur soutien au pouvoir du changement. A analyser de près, on ne voit guère ce que cela apporte sur le plan de l’évolution, du développement de leur commune. Bien au contraire. Malheureusement, c’est à ce ballet de destitutions qu’on risque d’assister dans les semaines, mois à venir. Tant les uns et les autres mettent la passion et leurs intérêts en avant par rapport au développement.

Benoît Mètonou