La Nouvelle Tribune

Menaces de destitution du maire de Dangbo

Espace membre

Les cabinets de géomètres dénoncent la mauvaise foi de ses détracteurs

(Une session extraordinaire prévue pour demain pour le vote de défiance)
La mauvaise gestion financière qu’il fait des fonds alloués à la commune... Mais ce dernier n’est pas resté les bras croisés et il essaie de se défendre sur d’autres sujets, notamment la gestion du lotissement de cette commune.

C’est pour cette raison et pour prouver la bonne foi du maire Clément Gnonlonfoun que le cabinet de géomètre Suprem-Planurba Sarl qui est le maître d’oeuvre du programme de gestion du lotissement et du développement urbain de Dangbo, appuyé par d’autres cabinets de géomètres qui avaient opéré sur le terrain ainsi que les conseillers favorables aux réformes entreprises par l’actuel maire, ont organisé le samedi dernier à la maison des jeunes de Dangbo, une conférence de presse pour expliquer les magouilles foncières qui s’opérèrent sur le terrain dans le cadre de ce lotissement et que le maire Clément Gnonlonfoun a voulu dénoncer. La conférence a été animée par Damas Hounkonou, responsable de ce cabinet et vice-président du comité de lotissement de Dangbo et en présence du député G13 Saka Fikara, du président de l’Ong Alcrer ainsi que des responsables du comité de lotissement. Documents et preuves à l’appui, Damas Hounkonou a expliqué comment des parcelles sont dilapidées et vendues gré à gré sans que des acquéreurs ne connaissent même les propriétaires. Comment des conseillers communaux sont manipulés pour faire destituer l’actuel maire pour des raisons de parcelles. Beaucoup d’autres sujets ont été abordés pour montrer à la population les raisons de l’acharnement contre le maire Clément Gnonlonfoun. Quant à ce dernier, il déclare à la presse «Tout est monté de toute pièce, moi je n’ai jamais détourné un franc, au contraire c’est la pratique qui se faisait que j’ai voulu arrêter. J’ai découvert cela et j’ai fait pression jusqu’à ce qu’ils sont partis reverser les sous qu’ils ont pris en faisant semblant d’avoir acheté 33 tonnes de ciment. Et ça s’est passé depuis 2008. Je croyais que tout était fini après cela. Mais quand je persistais dans les problèmes de terrain, ils sont revenus à la charge et il faut comprendre que ce sont les voleurs qui crient au voleur. C’est vraiment dommage mais le moment venu, chacun répondra de ses actes ».  Pour le député Saka Fikara, il dira qu’il connaissait tous les problèmes qu’il y avait à Dangbo.

{mosgoogle} Il ajoutera que « les gens sont naïfs avec la grossièreté de leur forfait. Tout ce qui se passe c’est parce que le nouveau maire a voulu en savoir plus ». Selon lui, ceux qui sont en dessous de cette situation, ce sont les mêmes de la mafia foncière de Cotonou, Porto-Novo, ceux qui ont été préfet de l’Ouémé-Plateau et qui ont vendu tous les terrains, la place de l’indépendance car c’est pourquoi le maire de Porto-Novo est en train de se battre aujourd’hui. A Dangbo, poursuit-il, il n’y a plus de domaines publics, des écoles, de la gendarmerie et le domaine réservé aux centres de santé, tout a été vendu et ce n’est pas normal ».

Ismail Kèko