La Nouvelle Tribune

Assemblée nationale/ Désignation des deux informaticiens de la Cnil-Lépi

Espace membre

Les G et F désignent Zossou Djiman Emmanuel et Delphin Houénou

Après l’exercice manqué du lundi dernier à la suite de l’ouverture de la session extraordinaire à l’Assemblée nationale qui consacre en priorité la désignation des représentants de cette institution au sein des Ccs-Lépi (commission communale de supervision) et au sein de la commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), les députés de la 5è législature ont poursuivi normalement les travaux hier en plénière sous la présidence de Mathurin Coffi Nago.


Les points restants à examiner au cours de cette séance plénière étaient entre autre la désignation des deux informaticiens qui vont siéger au sein de la Cnil et la désignation des représentants au sein des Ccs. Par rapport au premier dossier, les débats n’ont pas été très longs sur ce sujet puisque le seul détail à vérifier par les députés après la proposition des deux personnalités, notamment Zossou Djiman Emmanuel pour les G et F et Delphin Houénou proposé par les Fcbe, était leur curriculum vitae et la preuve que ces deux personnalités répondent aux critères d’informaticien. Une fois ce contrôle fut fait, il ne restait qu’à mettre au vote la liste nominative des deux informaticiens. A l’issue du vote à bulletin secret, la liste a obtenu 46 voix pour, 0 contre et 0 nul. Le second dossier qui devrait retenir d’avantage les députés est la désignation des représentants au sein de la Ccs. Puisque tous les groupes parlementaires n’ont pas encore déposé les noms des représentants au niveau des 77 communes, la séance a été alors suspendue pour que cette formalité soit remplie.

{mosgoogle}Mais afin d’éviter les reports successifs, on a appris de sources parlementaires que la présidente de la RB Rosine Soglo aurait pesé de tout son influence pour proposer au président de l’Assemblée nationale que si éventuellement tous les noms n’étaient pas prêts, que la liste incomplète soit votée en l’état, le temps que les retardataires viennent la compléter plus tard. Il semblerait que c’est cette option qui a été finalement retenue puisque le président Nago lui-même l’a confirmé en plénière et a accordé rigoureusement 30 minutes de suspension pour faire voter à la reprise la liste.

Ismail Kèko