La Nouvelle Tribune

Commune de Covè/Malgré l’absence du préfet et des Fcbe

Espace membre

L’opposition élit le maire et ses adjoints

Prévue pour ce jeudi, l’installation du conseil communal de Covè  s’est tenue. Les Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) et le préfet des départements du Zou et des Collines ont brillé par leur absence, alors que les conseillers Force-clé et de la Renaissance qui constituent la majorité absolue de ce conseil attendaient de pied ferme leurs adversaires sur le terrain.


Déjà à neuf heures, ils étaient au complet et espéraient l’arrivée des autres. Ils sont restés sur les lieux jusqu’à la tombée de la nuit. Mais, ils étaient ensemble avec un conseiller Fcbe qui a abandonné sa mouvance pour se rallier à l’opposition, car ses alliés exagéraient dans leurs manœuvres politiciennes. Les populations qui étaient venues massivement assister à l’installation de leurs nouvelles autorités communales étaient très déçues de l’attitude du pouvoir en place. Toutefois, Force-clé, la Rb et le conseiller Fcbe restant ont procédé à l’élection du maire, de ses adjoints et des chefs d’arrondissement en présence d’un huissier de justice proche de la mouvance. Ainsi, Clément Allopkpo est élu maire de Covè. Son premier adjoint est Octave Alikponou et son deuxième adjoint est Victor Gandaho. Tous les autres conseillers restants s’en sont sortis avec un poste de chef d’arrondissement chacun.

{mosgoogle}L’absence des Fcbe et du préfet est la preuve du dilatoire du gouvernement qui cherche à tout prix à avoir une majorité avant l’installation du conseil communal. Dès lors, Covè est embarqué dans une turbulence politique. Le préfet permettra-t-il au nouveau maire de prendre fonction ? Certainement non. Le même cas s’était produit dans la commune de Sèmè-Podji. Le Prd a élu l’autorité communale, ses adjoints et les chefs d’arrondissement en présence d’un huissier de justice. Mais, ils n’ont pas pu prendre service. La situation montre qu’aujourd’hui, on évolue vers un régime policier.

Jules Yaovi Maoussi