La Nouvelle Tribune

La route Djougou-Ouaké-frontière Togo au Bénin bientôt une réalité

A lire

Afrique du sud : Jacob Zuma choqué des inégalités entre noirs et blancs malgré la fin de l’apartheid

Il y a pire que le terrorisme islamiste selon Bill Gates

se connecter
se connecter
Selon le rapport de la commission des relations extérieures, le cadre pénal béninois en vigueur ignore la notion de « génocide ». La répression du crime de génocide n’est donc pas possible au Bénin à l’étape actuelle de notre droit positif. Pour opposer donc le crime de génocide à un individu résidant sur le territoire national, il y a des préalables. Notamment, il faut que le Bénin adhère à la convention et aussi que la notion de génocide doit faire l’objet d’une internalisation, autrement dit, l’incorporer à la législation nationale. De plus l’adhésion du Bénin à cette convention vise à mettre notre pays au diapason de la communauté internationale.

I. K.