La Nouvelle Tribune

Suite à la reprise de l’élection à Avrankou

Espace membre

Le Prd va t-il introduire un nouveau recours?

Le conseil communal d’Avrankou a repris le mardi dernier l’élection du maire, de ses adjoints et des chefs d’arrondissements après la décision de la Cour suprême. Mais ces élections ont été conduites de bout en bout en présence du préfet des départements de l’Ouémé et du plateau, bien sûr avec quelques irrégularités  observées au cours du processus.


En effet, au début de ces élections, les conseillers du Prd avaient brillé par leur absence sauf deux d’entre eux qui jouaient depuis le jeu des Fcbe. Le maire Gorges Nounagnon et ses deux adjoints ont été déjà élus lorsqu’un conseiller du Prd a fait irruption dans la salle. Mais il fut très tôt interdit d’accès par le préfet François Houessou qui lui a lancé comme un intrus << le processus a commencé vous ne pouvez plus entrer dans la salle....>>. Sans aucune forme de protestation, ce dernier rebroussa chemin. Une dizaine de minutes plus tard, deux autres conseillers du Prd retardataires arrivent mais ils ont subi le même sort. Ce n’est qu’à ce moment que l’un d’entre eux fait appel à son huissier pour venir constater les faits avant leur départ des lieux. N’eût été la présence des forces de l’ordre sur le terrain, ils en seraient arrivés aux mains avec le préfet. On ne sait pas quelle mouche a piqué le préfet Houessou François qui a changé subitement de décision. Ce n’est qu’à cet instant qu’il demandera à tous les conseillers Prd retardataires d’entrer dans la salle.

{mosgoogle}Mais pour quelles raisons le préfet at-il renvoyé alors le premier conseiller Prd arrivé sur les lieux alors qu’il pouvait toutefois participer au vote des deux adjoints. Cet incident malheureux a rendu très furieux les conseillers Prd qui ont menacé de saisir les instances compétences pour régler cette situation. vont-ils une nouvelle fois saisir la Cour suprême sur le fait qu’ils ont été interdits d’abord d’accès par le préfet? Si ce recours était formulé, auront-ils encore gain de cause? L’élection du maire, ses adjoints et des chefs d’arrondissements sera t-il une nouvelle fois invalidée? Dans tous les cas,  les menaces proférées sur lieux par les conseillers du Prd seront-ils  concrétisées dans les jours à venir et quel en sera l’issue ?

Ismail Kèko