La Nouvelle Tribune

Pascal Koukpaki passant service à Idriss Daouda

Espace membre

« Yayi ne s’est pas trompé »

Nommé par le Chef de l’Etat, le président Boni Yayi dans les fonctions de ministre de l’économie et des finances du Bénin, Idriss Daouda a pris ce jeudi 18 juin 2009, les clés de son nouveau service.


C’était à la faveur d’une cérémonie de passation de charge entre celui désigné par le Chef du gouvernement pour assurer l’intérim une semaine durant, le ministre de la prospective du développement, de l’évaluation des politiques publiques et de la coordination de l’action gouvernementale, Pascal Koukpaki et lui. A en croire le ministre Koukpaki, en nommant ce nouvel homme à la tête du ministère de l’économie et des finances, le président de la République ne s’est pas trompé. Car, le ministre Idriss Daouda est selon lui, un homme d’expérience et avisé dans les questions économiques, budgétaires, financières et monétaires. Des qualités qu’il envisage confirmer à travers sa contribution active à l’émergence économique du Bénin. Il devra donc faire face à la conjoncture économique et financière que traverse le Bénin à l’instar d’autres pays africains.

{mosgoogle}Pour ce faire, il s’est fixé un certain nombre d’objectifs dont il a fait part dans son discours à l’occasion de la cérémonie de passation de charge. Il s’agit entre autres de travailler pour l’amélioration des performances des régies financières, la mise en place effective du guichet unique, la limitation des mesures exceptionnelles d’exécution des dépenses publiques, l’amélioration de la gestion informatique des dépenses publiques, l’accroissement des taux de consommation des crédits dans les ministères et pour l’amélioration du système de passation des marchés publics. Des objectifs qu’il ne saura atteindre sans un engagement personnel de chacun des membres de sa nouvelle famille professionnelle, à l’en croire. A cet effet, il a appelé le personnel du ministère de l’économie et des finances à un travail en équipe soudée avec vigueur et professionnalisme.

Blaise Ahouansè