La Nouvelle Tribune

Lors de la visite de yayi à grand-popo

Espace membre

Le maire Ablo et le président de l’Association de développement Airy Tonato énoncent les doléances de la population

Le président Boni Yayi était lundi dernier à Grand-Popo. A cette occasion et comme il est de tradition, l’autorité municipale, Benjamin Clotaire Ablo a saisi l’opportunité  pour énumérer un certain nombre de problèmes qui se posent à sa commune. De même, Airy Tonato, président de l’Association de développement de Grand-Popo n’a pas boudé le plaisir de présenter de vive voix au chef de l’Etat, des doléances afin que cet ancien pôle de développement pendant la période coloniale retrouve un tant soit son aura d’antan.
(Lire l’intégralité de leurs allocutions)
Allocution de Monsieur Benjamin Clotaire Ablo, MAIRE DE GRAND-POPO
A L’OCCASI0N DE LA VISITE  DU DR. YAYI BONI, PRESIDENT DE LA
REPUBLIQUE DU BENIN
A GRAND-POPO
Lundi 08 juin 2009
 Excellence Monsieur le Président de la République.
 Mesdames et Messieurs les Ministres;
 Mesdames et Messieurs les Conseillers et chargés de mission du Président de la
République;
 Honorables Députés à l’Assemblée Nationale;
 Monsieur le Préfet des Départements du Mono-Couffo ;
Sa majesté le Roi des Xwla ;
 Mesdames et Messieurs les membres des Associations de développement;
Mesdames et Messieurs les sages et notables de la Commune de Grand- Popo ;
 Chers sœurs et frères;
 Chers invités;
 Mesdames et Messieurs;
Au nom des populations de la Commune de Grand -Popo, au nom du Conseil Communal et en mon nom propre, je vous souhaite la bienvenue chez vous.
Monsieur le Président de la République, votre descente à Grand-Popo aujourd’hui prouve une fois de plus que vous êtes un grand homme de terrain qui est à l’écoute de son peuple.
Mais avant d’aller plus loin dans mes propos, vous me permettrez, de sacrifier à un devoir, en nous priant de nous lever pour observer une minute de recueillement à la mémoire d’un homme de foi et de conviction qui vous avait accompagné à Grand-Popo durant les campagnes présidentielles de 2006, mais qui n’est plus parmi nous aujourd’hui.
Je voudrais nommer feu Maître Ahamed AKOBI, qui a été témoin de toutes vos promesses de campagne pour Grand - Popo.
Veuillons-nous lever...
Merci!
Monsieur le Président de la République, il y a trois ans, sur les douze communes des départements du Mono et du Couffo, la commune de Grand -Popo a été la seule à vous avoir porté à la tête des candidats au premier tour des élections présidentielles.
Vous comprenez donc pourquoi nos populations vous attendaient impatiemment depuis si longtemps non plus en tant que candidat mais en tant que Président en  exercice de notre Etat. L’attente nous a semblé longue, très longue mais nous n’avons jamais désespéré. La patience, dit-on, est un chemin d’or et le jour tant attendu est enfin arrivé.
 Malgré la surprise de votre visite les populations se sont mobilisées pour vous témoigner leur soutien pour les importantes actions que vous menez à la tête de notre pays. Depuis trois ans, en effet, les grands travaux transforment l’aspect de nos villes, des projets agricoles ambitieux révolutionnent la vie des paysans et des contrées, beaucoup de communes ont accès à  l’électricité, à l’eau potable et ont bénéficié du boom de la construction des modules de classes. Cependant, la commune de Grand-Popo semble laissée pour compte, abandonnée comme d’habitude à son triste sort.
Monsieur le Président de la République, notre commune manque de tout mais nous sommes convaincus que votre visite ce jour mettra fin à notre marginalisation. Faisant foi à votre volonté inébranlable et à votre promptitude à résoudre les vrais problèmes de votre peuple, je voudrais au nom du conseil communal que je préside vous soumettre les urgences et priorités de notre commune:
1. Le raccordement de notre commune au réseau électrique béninois à partir de
Corné et l’extension dudit réseau aux arrondissements d’Avlo, Adjaha,
Djanglanmey et Sazué puis des villages de Hèvè et de Houndjohoundji. Ce raccordement revêt un caractère urgent pour mettre fin aux coupures intempestives et prolongées d’électricité par nos voisins togolais et pour réduire l’insécurité dans nos villages. Il est aussi indispensable de procéder à la réhabilitation et à la densification du réseau électrique dans les Arrondissements de Grand- Popo et d’ Agoué ;
2. L’ouverture et la réhabilitation des pistes rurales: le territoire de la commune étant essentiellement marécageux ou sablonneux, les voies d’accès à nos localités sont impraticables en périodes de pluie. Nos priorités portent sur les pistes rurales permettant de :
a. Désenclaver l’Arrondissement d’Avlo par une voie le long de la plage à partir de Gbècon ;

b. Relier Adjaha à Sazué (le projet démarré en novembre 2008 est actuellement à l’abandon) et la route inter-Etat à Houndjohoundji d’une part et à Hèvè d’autre part;
c. Accéder au village de Hèvè (avec reconstruction du pont de Zandji) pour faciliter la commercialisation du sable lagunaire dont un stock de plus de quarante mille (40 000) m3 est actuellement disponible. Monsieur le Président de la République, le budget de notre commune était largement tributaire des ressources de ses carrières de sable marin. Leur fermeture nous crée un important manque à  gagner mais a mis au chômage plus de 300 jeunes. VOUS voudriez bien instruire les ministres compétents pour une mise en place diligente des mesures d’accompagnement promises.
3. La promotion des cultures maraîchères, de riz et de canne à sucre puis de la pisciculture: dans le domaine agricole la commune aura besoin d’aménagement des bas-fonds, de motopompes électriques, de forages d’eau pour l’irrigation, de structures de conservation et de transformation. Quant à la pisciculture, il est prouvé aujourd’hui par les partenaires japonais que sur les sept (7) expériences pilotes nationales de cages piscicoles flottantes, la Commune de Grand-Popo seule a donné des résultats probants.

{mosgoogle}4. La mise en place d’un plan d’urgence pour contenir l’érosion côtière et les inondations qui constituent les deux fléaux majeurs entravant le développement de la Commune de Grand-Popo. Face à l’érosion côtière, la solution envisagée est le déplacement et la stabilisation de l’embouchure. Une équipe conjointe des Communes de Ouidah et de Grand -Popo a déjà identifié le site approprié de la réouverture de l’embouchure. La solution appropriée passe par la construction d’un ouvrage comme celui de Cotonou. Il est aussi envisagé le reboisement des berges lagunaires, le pavage ou l’enrochement de ces berges.
En matière sanitaire, nous voudrions demander à votre Gouvernement de bien vouloir mettre nos centres de santé aux normes convenables avec du personnel régulier et qualifié.
Dans le domaine de l’éducation, nous souhaitons que notre Commune soit prise en compte dans les différents programmes de création, de réhabilitation et d’équipements des écoles, collèges et des laboratoires.
Grand- Popo est une cité historique et touristique. Ainsi, nous souhaitons qu’un programme spécial soit mis en place pour sa réhabilitation à l’instar des autres villes historiques du pays.
Monsieur le Président de la République, je m’en voudrais de ne pas solliciter de votre bienveillance, une meilleure mise à contribution des cadres de Grand - Popo à la gestion et au développement du pays. Je peux vous rassurer que toute la commune et moi-même sommes avec vous et soutenons toutes vos actions en vue de l’émergence de notre pays. Vous pouvez compter sur la fidélité dans l’amitié des fils et filles de Grand-Popo qui, du reste m’ont demandé de vous transmettre un message personnel avant votre départ.

Vive Grand- Popo ;
Vive le Bénin.
Je vous remercie.



ALLOCUTION DU PRESIDENT DE L’ ASSOCIATION DE DEVELOPPEMENT DE GRAND-POPO LORS DE LA VISITE DU CHEF DE L’ETAT A GRAND-POPO (le 08 juin 2009)


Excellence Monsieur Le Président de la République
Mesdames et Messieurs les Ministres
Honorables Députés
Monsieur le Préfet du Département du Mono et du Couffo
Monsieur le Maire de la Commune de Grand-Popo
Vous tous distingués invités en vos différents grades et qualités
Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs

C’est pour notre ville un grand honneur de recevoir officiellement ce jour, lundi 8 juin 2009, la visite de notre Chef d’Etat. Excellence, Monsieur le Président de la République, hormis les périodes de campagne électorale, c’est la première fois depuis le passage en 1991 du Président Nicéphore SOGLO que nous recevons à nouveau sur le sol de Grand-Popo le premier magistrat de notre pays. C’est vous dire la joie et la fierté que nous procure cette visite qui traduit la place que Grand-Popo occupe dans votre cœur et sur l’échiquier national. L’événement valait des dispositions particulières d’accueil que malheureusement nous n’avions pas eu le temps de prendre pour les raisons que vous connaissez. Nous le regrettons et vous prions de ne pas en tenir rigueur.

Excellence Monsieur le Président de la République, la petite ville démunie dans laquelle vous vous trouvez aujourd’hui fut jadis un grand centre d’affaires doté d’une infrastructure portuaire. Dès le XVIIe siècle, de nombreux navires venaient y chercher des esclaves mais surtout des matières premières agricoles pour les industries européennes. En effet, à partir de
1727, les premiers comptoirs furent installés à Grand-Popo. Après la signature du traité de protectorat signé avec la France le 12 avril 1885, Grand-Popo devint un grand centre administratif et le seul débouché sur la mer des grandes richesses agricoles du Mono jusqu’à Parakou et Savalou, supplantant ainsi Ouidah et Agoué grâce à son chemin de fer et à son port. Les transactions portaient essentiellement sur le commerce des amandes et huile de palme, des poissons séchés, du coprah et du café. La ville était très réputée pour la dextérité de ses canotiers barreurs hors pair.
A partir de 1894, date de la prise en main de la colonie du Dahomey par la France, la ville fut érigée en Cercle. Elle se transforma en grand centre administratif et commercial où prospère une vingtaine de société commerciales françaises, allemandes, hollandaises et britanniques au nombre desquelles: CICA, FABRE, Coton Colonial, JOHN HOLT, JOHN WALDEN, JB OLLIVANT, etc.

Entre 1905 et 1940, Grand-Popo connut un essor unique et extraordinaire avant que ne s’enclenche son déclin avec la construction en 1930 du Wharf de Cotonou. En effet, à partir, de 1922, la mer a commencé à engloutir la partie la plus vitale et la plus dynamique de la ville lui faisant progressivement perdre son poids administratif et ses infrastructures commerciales. Les célèbres canotiers, réduits au chômage, ont massivement émigré vers Cotonou, vers d’autres points du littoral moins hostiles et surtout vers les pays du Golfe de Guinée. La construction du port de Cotonou entre 1959 et 1965 mit fin aux activités portuaires de Grand-Popo et scella définitivement le sort et le destin d’une ville meurtrie jonchée de ruines de maisons et de magasins délabrés qui rappellent avec émotion sa grandeur passée mais aussi la tragédie de tout un peuple.
Excellence Monsieur le Président de la République, ces ruines sont encore très visibles à Gbècon et sont à l’image de l’abandon dont est victime notre cité. Et dire que Grand-Popo a toujours fourni à notre nation et ce, à travers les âges et les époques, des cadres émérites, des patriotes militants de première heure pour l’indépendance, des bâtisseurs de la démocratie béninoise, bref des cadres compétents, consciencieux et toujours dévoués à la cause de la patrie. La  ville qui les a vu naître ne connaît hélas pas la même grandeur. A qui la faute? A qui se plaindre?
Aujourd’hui, conscients du recul et du retard qu’a accusé Grand-Popo, tous ses fils et filles de tous âges, de toutes catégories socio-professionnelles, d’Avlo à Djanglanmé, de Gbéhoué à Hillacondji, ont décidé d’exorciser le mal, de vaincre la fatalité et de faire renaître Grand-Popo de ses cendres.
Cette renaissance passe par quatre grands axes:

. La mise en œuvre d’un programme spécial présidentiel de réhabilitation de Gbècon : il s’agira, Excellence Monsieur le Président de la République, eu égard à ce passé historique de notre ville et à l’instar de ce qui a été fait pour Ouidah, Abomey et Porto-Novo, d’inscrire dans les grands projets de développement du pays, la reconstruction de Grand-Popo. Cette reconstruction devra comprendre la réhabilitation des vestiges de Gbècon qui deviendraient ainsi patrimoine de l’humanité et l’édification d’un nouveau centre administratif digne de notre commune;

.la reconnaissance de la vocation touristique et balnéaire de Grand- Popo : notre commune dispose à elle seule du tiers du littoral de notre pays. Elle offre un cadre idéal pour le tourisme par ses sites naturelles, la richesse de sa faune et de sa flore aquatiques, l’existence de deux cours d’eau et de la mer. Destination particulièrement prisée pour les touristes européens, il urge de valoriser certains sites et circuits touristiques, de protéger son environnement et les espèces en .voie de disparition et de former des guides touristiques;

.le raccordement de notre commune à Internet haut débit: C’est une demande pressante des nombreux touristes européens et américains qui souhaiteraient faire de notre paisible commune un lieu à la fois de repos et de travail à distance. Je voudrais attirer votre attention, Monsieur le Président sur le fait que depuis bientôt un mois, Internet ne fonctionne plus à Grand-Popo sans que rien ne soit fait pour son rétablissement malgré les multiples demandes adressées aux services compétents;

.la création d’un pôle universitaire d’excellence dans les domaines du tourisme, de la pêche et de l’informatique: il s’agit de développer localement les formations qui seront indispensables à l’éclosion des activités touristiques de la commune et à la fonctionnalité du nouveau centre administratif envisagé.
Excellence Monsieur le Président de la République, nous ne dresserons pas ici une liste de doléances à satisfaire. Le temps dont vous disposez et le lieu ne s’y prêtent pas. Nous souhaiterions vivement que vous puissiez nous accorder une audience afin que les élus de notre commune, les représentants des différentes associations de même que les dignitaires de la ville viennent vous exprimer de vives voix leurs suppliques et vous présenter en détail les projets de développement qu’ils souhaitent vous voir réaliser pour leur commune. Nous voulons dorénavant embarquer effectivement dans le train de la prospérité partagée, inscrire le nom de Grand-Popo sur les pages de l’émergence économique et marcher à vos côtés sans amertume contents et satisfaits d’avoir contribué à l’édification d’une société plus juste, plus égalitaire et plus fraternelle pour chacun et pour tous.

{mosgoogle}Vive Grand-Popo
Vive notre République une et laïque
Vive le Bénin
Je vous remercie

Airy Lucius TONATO
Président de l’ADGP