La Nouvelle Tribune

Marche du 28/05

Espace membre

Les avis de quelques participants sur l’interdiction d’entrée au ministère

Lazare Sèhouété, député
Il s’agit d’une preuve de manque de courage et  de manque de convivialité républicaine car il ne coûte rien au ministre de descendre pour écouter les manifestants. Il l’aurait fait si c’était des marches commanditées. Je pense que la morale veut que ces genres de ministre quittent le gouvernement  parce qu’il est inconcevable d’avoir de comportement de ce genre après avoir fait mourir tant d’enfants et de femmes. 
Ces genres de personnes s’ils ont un peu de conscience auraient cédé leur place pour que ce pays soit mieux dirigé.

Raphaël Akotègnon : député
 Ce jour est un grand jour pour nous seulement il ya eu une connotation  malheureuse parce les forces de l’ordre ont été réquisitionnées par le ministère pour empêcher les manifestants d’avancer vers le ministère. De  plus, le ministre de la santé a refusé de descendre pour écouter notre motion. Ce refus est déplorable venant d’un ministre  et constitue un manque de respect envers la population et les élus locaux qui viennent en aide à la population que le gouvernement a laissée mourir depuis  plusieurs mois  à l’occasion de la grève observée par les agents de santé.  C’est déplorable. Un gouvernement qui se respecte et qui   détient les fonds du contribuable  et qui en retour doit fournir l’éducation, la santé à son peuple et qui est défaillant depuis trois mois, nous venons de constater que ce gouvernement a pris conscience. Car le ministre a lancé l’appel  hier que les primes seront payées. Ceci voudrait dire qu’ils avaient l’argent et exprès, ils ont laissé la population mourir. Nous ne voulons plus assister à cela que le gouvernement prenne son destin en main. Nous voulons que le ministre démissionne tout simplement.

Léhady Soglo, premier adjoint au maire de Cotonou
 Je crois que c’est scandaleux. Car la constitution nous donne le droit de  manifester et de marcher.  Nous souhaitons que cela ne se reproduise plus jamais et que le gouvernement et le syndicat de la santé se retrouvent pour régler le problème qui se pose actuellement.

Théophile Montcho, ancien ministre des sports
 Les forces de l’ordre nous ont certes empêchés de rentrer mais grâce à Dieu notre objectif a été atteint.  Elles n’ont fait qu’exécuter des instructions  mais celui qui les a donné sait pourquoi il l’a fait.  SOUS aucun les manifestants lorsqu’ils respectent les règles ne sont empêchés. Je n’en veut pas aux forces de l’ordres   soit ils ont reçu des instructions ou soit ils ont pris une décision malheureuse qu’is ont vite corrigés classons tout ceci dans le passé et analysons ce qui ne va pas dans notre pays.
Bruno Amoussou, ancien ministre d’Etat et ancien président de l’Assemblée nationale
Nous empêcher d’entrer au ministère est moins grave que laisser mourir des enfants, des femmes enceintes et les pauvres citoyens depuis plusieurs mois. Pour nous, il n’y a pas eu d’incident.

{mosgoogle}Eric Houndété, député
C’est l’expression de la dictature que nous dénonçons depuis près de deux ans maintenant dans notre pays. Voilà la preuve qu’on ne veut pas que d’une pluralité d’avis.