La Nouvelle Tribune

Mise sur pied de la commission d’enquête sur la gestion des fonds de l’escorte

Espace membre

Affrontements en vue entre mouvance et opposition

Les députés reprennent ce jour le chemin de l’hémicycle dans une situation tumultueuse de crise au sein de l’institution parlementaire. Deux points sont inscrits à l’ordre du jour de cette séance.


Il s’agit d’une part de l’examen du rapport relatif à la proposition de résolution tendant à la création d’une commission parlementaire d’information, d’enquête et de contrôle sur la gestion de l’escorte des véhicules d’occasion et d’autre part de l’examen de la proposition de loi portant pension et autres avantages aux anciens présidents de la République. En ce qui concerne le premier point, de vives discussions sont annoncées à l’hémicycle. Puisque ce dossier, on se rappelle, avait suscité de vives polémiques entre députés de l’opposition et ceux de la mouvance. Pour une première fois, c’est le député du Prd Ismaël Tidjani Serpos qui a interpellé le gouvernement à travers une question écrite. Il sera suivi plus tard dans sa logique par l’ex-député de l’Upr, Rachidi Gbadamassi, à travers une autre question écrite afin que le rapport de l’Inspection générale d’Etat (Ige) soit rendu public. Mais, ce dossier est resté lettre morte puisque le ministre des finances qui avait été interpellé en son temps n’a pas pu donner une réponse satisfaisante à l’auteur de la question. Aujourd’hui, le dossier revient sous forme d’examen de rapport relatif à la proposition de résolution introduite par le député G13. On se demande quelle tournure prendront les débats au sein de l’hémicycle d’autant que l’auteur de la question ne se retrouve plus du côté de l’opposition. Va-t-il maintenir sa position vis-à-vis du dossier ou bien va-t-il purement et simplement défendre ce dossier. Quelle sera aussi l’attitude de ses anciens alliés de l’opposition qui menacent déjà de faire rendre gorge au gouvernement dans ce dossier très sensible.

{mosgoogle} Probablement que l’examen de ce dossier va déboucher sur la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire d’information et de contrôle. Reste à savoir de quel bord sera issu le président de cette commission. L’opposition arrivera t-elle à diriger cette commission d’enquête. Naturellement tout dépendra aussi de la position que prendra la Renaissance du Bénin dans ce dossier puisque ce sont les députés de cette formation politique qui constituent depuis peu des faiseurs de roi. Ils s’alignent du côté où le dossier les arrange et se retirent lorsque le dossier ne les agrée point. Sûrement que les débats seront très houleux ce jour à l’hémicycle.

Ismail Kèko