La Nouvelle Tribune

Après le vote de la loi sur la Lépi et le Rena

Espace membre

Fors-Lépi appelle à une promulgation diligente et au vote d’une loi rectificative

(Lire leur déclaration)
Le Front des organisations de la société civile pour la réalisation de la Liste électorale permanente informatisée (Fors-Lépi) a tenu hier une conférence de presse au cours de laquelle, tout en félicitant les députés pour leur travail, estime qu’il y a des améliorations à apporter à la loi sur la Lépi et le Rena.


« Fors Lépi félicite les députés pour avoir accepté, malgré les tergiversations et réserves, de faire le pas citoyen en votant (…)trois lois qui ont une portée fondamentale (…) pour la garantie d’élections avec des listes plus fiables que par le passé ». C’est le cri de cœur que Fors-Lépi a eu à l’endroit des députés pour les remercier de les avoir suivis quand bien-même le président Mathurin Coffi Nago s’était refusé à les recevoir lors de leur sit-in le jour de la rentrée parlementaire de la session ordinaire en cours. Pour Orden Alladatin, l’essentiel des recommandations des experts a été pris en compte par les députés. Autrement, la loi sur la Lépi et le Rena en son état actuel, permet de réaliser cet outil électoral qui garantira un tant soit peu une certaine transparence dans les élections. Puisque, des omissions graves n’ont pas été faites. Il a par ailleurs invité le président de la République à procéder à la promulgation de ladite loi dans un bref délai vu que désormais c’est une course contre la montre qui est engagée. {mosgoogle}Cependant, fait-il remarquer, tout n’est pas pour autant applicable dans cette loi. C’est alors que Urbain Amègbédji, coordonateur du Centre Africa Obota, s’emploiera à démontrer qu’un certain nombre d’articles souffrent d’insuffisances ou sont de trop ou encore que les dispositions sont utopiques. Certaines dispositions augmentent également inutilement le coût de réalisation et leur application fera aussi perdre du temps au Bénin. L’article 7 par exemple, qui connaît de la couleur des yeux, des cheveux et bien d’autres données personnelles est trop surréaliste pour pouvoir être facilement appliqué. D’autres articles (10, 24, 26, 49, 64) présentent également dans leurs dispositions des mesures qui se révèlent assez difficiles d’application et qui pourraient être des sources de contestations. Pour y rémédier, Fors-Lépi se propose d’organiser des ateliers afin qu’ensemble avec les députés, cette loi soit décortiquée  pour qu’une autre loi rectificative soit introduite afin de corriger certaines dispositions querellées.

Benoît Mètonou