La Nouvelle Tribune

Assemblée nationale

Espace membre

La loi sur la Lépi enfin votée

(Une bouffée d’oxygène pour Boni Yayi)
Les députés ont finalement donné leur quitus dans la nuit du lundi au mardi en votant à l’unanimité le rapport relatif à la Lépi et au Réna. Mais la tache n’a pas été du tout facile pour le président Mathurin Nago qui, malgré tout a pu s’imposer à ses adversaires politiques avec la majorité dont il avant-hier au sein de l’hémicycle.


Il sonnait environ 1h du matin hier à l’hémicycle lorsque le texte de loi sur la Lépi (liste électorale permanente informatisée) et le Rena (recensement électoral national autonome) a été voté à l’unanimité des députés présents hormis un député qui s’est abstenu et une parti des députés du Prd qui ont déserté l’hémicycle avant le vote. Au total 64 députés ont voté pour le rapport et 0 contre. Mais avant d’arriver à ce résultat sorti du vote à mains levées, des débats houleux ont été enregistrés tout au long de l’étude des deux textes de loi. Le problème relatif à la structure qui va gérer les contentieux après le recensement a suscité de longs débats entre députés de l’opposition et leurs collègues de la mouvance. Puisque l’opposition n’est pas d’accord pour que ça soit la Cour constitutionnelle qui gère ce dossier. Un autre sujet d’achoppement est la composition de la structure qui va gérer les données biométriques. Pour ce qui est du rapport présenté, il faut la présence d’un magistrat expérimenté, mais les députés de l’opposition souhaitent qu’au lieu d’un magistrat que ça soit plutôt un juriste simplement.

il faut remarquer que la plupart des amendements déposés par les députés de l’opposition ont été rejetés à l’issue d’un vote puisque le camp de la mouvance parlementaire avait la majorité. Un autre sujet qui a fait sortir de leurs gonds les députésn, c’est celui relatif à la loi dérogatoire introduite sur la Lépi. Pour le député Augustin Ahouanvoébla et son collègue Ismael Tidjani Serpos ainsi que d’autres collègues de l’opposition, une telle loi dérogatoire induit des charges sur le budget de l’Etat. Ce qui serait anticonstitutionnel puisque le député Tidjani Serpos évoquera les dispositions de l’article 107 de la Constitution. Mais les arguments de ces derniers ont été très vite battus en brèche par le président Mathurin Nago et d’autres députés des Fcbe.

{mosgoogle}Puisque selon leur argumentation, c’est quand il s’agit d’un amendement que cette disposition est valable alors que ce ne serait pas le cas d’espèce. De nombreux mal compréhension et invectives ont émaillé l’étude de ce dossier sur la Lépi. Même deux demandes de suspension ont été formulées respectivement par le député Augustin Ahouavoébla du Prd et son collègue Timothée Gbèdiga. Mais une fois cette demande passée au vote, la plénière l’a purement et simplement rejetée. Puisque dans ses explications, le président Nago n’entend pas reculer dans l’étude de cette loi. Il a été réconforté dans sa logique par la présidente Rosine Soglo et les députés Rb.  Au terme de cette étude, les cinq chapitres de la loi répartis en 66 articles ont été votés à l’unanimité des députés présents. Une fois ces textes de loi votés, le chef de l’Etat le Dr Boni Yayi peut déjà se frotter les mains d’avoir gagné cette première manche du combat avec ses adversaires.

Ismail Kèko