La Nouvelle Tribune

Réalisation de la Lépi

Espace membre

Le haut commissaire à la gouvernance concertée félicite la société civile

Le secrétaire national du centre Africa Obota, Urbain Amégbedji, et le coordonnateur du Wanep-Bénin, Simon Asoba, acteurs principaux de la société civile béninoise, ont adressé une correspondance dans laquelle ils saluent le combat mené par le Haut commissariat à la gouvernance concertée dans le cadre du démarrage d’étude sur la Liste électorale permanente informatisée (Lépi). C’est dire que cette l’institution et les organisations non gouvernementales partagent une vision commune de développement. (Lire la lettre)  
- Monsieur Urbain AMEGBEDJI
Secrétaire National du Centre
Africa  Obota
- Monsieur Simon  ASOBA
Coordonnateur WANEP-BENIN
COTONOU
N° 063-09/PR/HCGC/DC/SE/AA-HC
Objet : Votre lettre d’appel
à soutien

Messieurs,
C’est avec un vif intérêt et un réel plaisir que j’ai lu votre lettre d’appel à soutien en faveur de la réalisation de la LEPI. Votre message prouve encore une fois que notre pays le Bénin a la bonne fortune de pouvoir compter sur des Organisations de la Société Civile qui assument pleinement leur devoir de veille citoyenne au chevet de notre système démocratique en construction.
La déclaration jointe à votre lettre, par laquelle le Front des Organisations de la Société Civile invite au vote du cadre  légal de la LEPI, me paraît  à la fois clairvoyante, pertinente et salutaire. Elle est clairvoyante en ceci qu’elle anticipe, avec beaucoup de lucidité les graves conséquences que pourrait entraîner la persistance des pratiques frauduleuses lors des futures échéances électorales. Elle est pertinente parce qu’une liste électorale falsifiée  constitue l’autoroute principale de ces pratiques frauduleuses. Enfin, elle est salutaire car elle nous rappelle en termes claires et avec toute la gravité requise, l’urgence du vote du cadre légal de la LEPI et la nécessité pour chacun de jouer sa partition en toute responsabilité.
{mosgoogle}Quand on sait le temps écoulé depuis que les acteurs politiques de notre pays ont reconnu la nécessité impérieuse d’établir une Liste Electorale Permanente Informatisée, on est  surpris des délais supplémentaires que connaît  l’exercice  de ce projet essentiel à la bonne poursuite de notre processus démocratique.
Il est difficilement  pensable que les béninois  reconnus pour leurs remarquables capacités d’innovation ne puissent pas mener à bien et à bonne date un exercice que d’autres pays africains ont déjà pratiqué avec succès. Nous pouvons et nous devons y arriver. Pour cela, aucun de nous ne doit se considérer comme un spectateur passif du processus de mise en place de la LEPI. Nous sommes tous des acteurs, chacun à sa manière et selon ses capacités. Mais nous sommes obligatoirement des acteurs car, comme nous le rappelle FORS-LEPI, « la paix du lendemain se prépare aujourd’hui ».
Messieurs les porte-paroles de FORS-LEPI, je voudrais vous dire que, pour sa part, le Haut Commissariat à la Gouvernance Concertée partage vos préoccupations. Notre Structure a manifesté  très tôt son intérêt et son appui aux efforts des uns et des autres en vue de la réalisation  de la LEPI dans les délais requis. C’est ainsi, par exemple, qu’à la demande de la cellule d’Analyse des Politiques de Développement de l’Assemblée Nationale  (CAPAN), nous avons contribué aux travaux de la journée parlementaire sur la LEPI.
    Nous suivons d’ailleurs attentivement l’évolution du dossier auprès de la Représentation Nationale. Nous avons également pris part à diverses rencontres sur les questions posées pour l’établissement  de la LEPI. Nous poursuivrons, selon les voies appropriées, nos efforts de soutien à ce projet dont on ne cessera de souligner l’importance.
La route est longue et le vote du cadre légal n’est qu’une première étape. Il s’agira ensuite d’entreprendre un patient effort de sensibilisation, d’information et de formation. Les Organisations de la Société Civile de part leur expérience dans ces domaines et leur capacité d’analyse non partisane  auront un rôle précieux à jouer conjointement aux formations politiques et mouvements associés ainsi que les démembrements pertinents des Institutions de la République.
Je sais que vous êtes mobilisés pour le faire jusqu’au dénouement heureux que constituera la tenue d’élections bien ordonnées transparentes et paisibles. Le Haut Commissariat à la Gouvernance Concertée  restera à vos côtés.
Veuillez agréer, Messieurs, l’expression de mes sentiments les meilleurs.
Le Haut Commissaire
Moïse MENSAH