La Nouvelle Tribune

Le Rnjb à propos de la gestion actuelle du pouvoir

Espace membre

«Il est temps que nous changions le changement»

Face à la situation économico-socio- politique qui prévaut actuellement au Bénin,  les jeunes réunis au sein du Rassemblement National des jeunes  du Bénin(Rnjb), ont fait une déclaration officielle au palais des congrès de Cotonou. Une déclaration  faite  hier mercredi 15 avril 2009 en  présence d’une forte mobilisation des jeunes ,venus d’horizons divers.


«Je pense que le moment est venu de se mettre ensemble pour construire ce pays. Et merci à tous ceux qui, malgré le fait que la salle est pleine ont tout de même tenu à y avoir accès , et qui y sont effectivement, voire debout, afin de participer à l’évènement.>>,a déclaré hier ,  au palais des congrès de Cotonou, le président du R n j b, à l’endroit  de plusieurs  milliers de jeunes, venus d’horizons divers  pour la circonstance.

En effet , face à ces jeunes venus nombreux au palais des congrès,  et qui,  entre temps, avaient jubilé de joie ,  chantant en chœur les refrains de certaines  chansons(reggea) , d’une des grandes vedettes de la  musique africaine Tken  Jah Fah Koly, le président du Rnjb, Fred Houénou ,n’y est pas allé du dos de la cuillère pour pointer du doigt les erreurs du régime du changement . « Il est temps que nous changions le changement>>, a-dit-il , en faisant de façon concise le bilan des trois années  de gestion du régime du changement conduit par le Dr Yayi Boni .

{mosgoogle}Le budget de l’Etat est passé de 600milliards à 200millards soit un taux d’accroissement de 5%, alors q’aucune amélioration significative n’est observée dans le vécu quotidien des béninois, a fait remarquer le leader du Rnjb. Et il est de notoriété publique que le nouveau  virage abordé en avril 2006  est plus en plus  mal négocié et les fruits des nombreux sacrifices consentis par le passé courent le risque d’être confisqués par une minorité gloutonne, a martelé le président du comité préparatoire Augustin Sossou , comme pour étayer les pro pos de Fred Houénou. Au plan éthique et moral la corruption contre vents et marées  se développe et jettent ses tentacules   un peu partout et est érigée en règle. Car selon lui, il est loisible d’apercevoir de grands responsable de l’état flirtés avec certaines personnes ayant saigné à blanc l’économie de notre pays .

C’est heureux toujours selon  ce dernier qu’à l’ère du régime du changement, qu’il y ait eu la création d’un ministère de la réforme administrative et institutionnelle mais malheureusement cette administration est politisée à outrance .Il n’a pas manqué non plus de  mentionner que  la liberté de presse est gravement menacée. De même  le président du comité préparatoire a abondé dans le même sens que lui  dans son discours de constat en disant que les indices de paix, de stabilité politique, de liberté qui plaçaient le Bénin au premier rang des pays phares de la démocratie en Afrique sont au rouge. En outre  pour le leader  du Rnjb, la société civile n’existe que de nom et ses membres n’attendent que pour être nommés à des postes de responsabilité  au sommet de l’Etat. Au plan social, poursuit- il, la  crise persistante entre gouvernement et syndicats est symptomatique des souffrances du peuple.

Pour finir lFred  Houénou, face à cette situation qui prévaut,  exhorte les jeunes à sortir de leur passivité coupable afin de s’engager  non pas derrière les leaders du Rnjb mais à leurs côtés pour une jeunesse unie et solidaire, présente dans les instances de prise de décisions, pour la conquête du pouvoir. Un appel analogue a été lancé par le président du comité préparatoire qui invite la jeunesse à dépasser tout ce qui l’a divisé par le passé pour se muer en une énorme chaîne de solidarité nationale depuis l’extrême littoral jusqu’à la périphérie de Malanville.<<Je suis persuadé comme vous qu’il est  de notre devoir d’agir en éclaireur pour un rayonnement politique, économique et social de notre pays, pour assurer à chacun l’épanouissement  de sa personnalité dans une démocratie épanouie, pour libérer le peuple de la misère a- t-il  conclut. 

Simplice  A. Ahouandjinou (stg)