La Nouvelle Tribune

Assemblée nationale, ce jour

Espace membre

Des députés prêts à affronter Nago

L’hémicycle va-t-il renouer ce jour avec les dossiers de la Haac et de la Haute cour de justice. La non programmation de ses deux sujets pourrait  entraîner une nouvelle polémique entre la président du Parlement et des députés de l’opposition qui se disent prêts à lui demander des comptes, y compris sur la lettre du député démissionnaire.


La précédente séance plénière  devrait être consacrée l’examen du projet de loi relatif aux données personnelles en République du Bénin. Mais elle s’est  achevée à queue de poisson puisqu’une vive tension était survenue entre les députés de l’opposition et le président de l’Assemblée nationale. Ces derniers, à travers les députés Rachidi Gbadamassi et Saka Fikara avaient dénoncé vivement les menaces dont ont été objet l’ex-député Fcbe Sabi Tokou Daré qui a tourné dos au chef de l’Etat. Ce dernier depuis quelques jours, à en croire certaines sources, est porté disparu. Cette situation a créé au sein de l’hémicycle un débat houleux puisque le président de l’Assemblée nationale Mathurin Nago et ses collègues de la Fcbe se sont défendus contre les accusations portées à l’encontre du  chef de l’Etat et son entourage. Les déballages avaient pris une tournure telle que le député Prd Augustin Ahouanvoébla était obligé de demander plusieurs heures de suspension afin d’harmoniser les points de vue avec ses collègues du G4, G13 et Force Clé. Le seul dossier relatif à l’examen du projet de loi sur les données personnelles à valeur biométriques n’a pu être introduit en plénière pour être débattu. C’est aujourd’hui qu’il sera une nouvelle fois appelé en plénière pour son examen.
{mosgoogle}

Mais des sources proches des députés de l’opposition non déclarée révèlent que ces derniers ne l’entendent pas de cette oreille. Ils veulent vider d’abord ce dossier et menacent de dénoncer ce jour avec la dernière vigueur le blocage volontaire et la caporalisation de l’institution par l’actuel président de l’Assemblée nationale. C’est dire que la plénière de ce jour sera très houleuse et on se demande si les députés vont réellement examiner ce dossier qui pourtant est très sensible puisqu’il doit avoir l’approbation de la représentation nationale avant une date buttoir.

Ismail Kèko