La Nouvelle Tribune

Modification du Conseil d’administration de Mca-Bénin

Espace membre

G. B. BrownLe «oui » conditionnel des américains

Si les américains ont fini par lâcher du lest en acceptant  la modification du Conseil d’administration du Millénium challenge account Bénin, ils n’auraient  pas manqué de poser des conditions fermes à la partie béninoise, dont le non respect pourrait conduire à l’arrêt  tant craint du programme.


Ils ont fini par dire «oui ». Même si  au départ, ils avaient opposé un refus catégorique. Reste que ce «oui » qui doit être considéré comme une nouvelle marque  de  confiance que  le Bénin est tenu de ne pas trahir. La modification  du Conseil  d’administration du Millénuim challenge account, puisque c’est de  cela qu’il s’agit, est depuis peu une réalité. Il sera présidé désormais par  le ministre Issa Soulé Badarou,  qui succède ainsi à  Nestor Dako, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat. De plus,  tous les directeurs de cabinets de certains ministères qui siégeaient jusque-là  dans  ce conseil, cèdent leurs places  à leurs ministres respectifs. Réticente à une telle modification, tout au début,  la partie américaine a fini par concéder   cette mesure au gouvernement qui y a beaucoup œuvré. Le coup de grâce a été surtout favorisé par la récente visite de travail au Bénin,  du Vice-Président du Millénium challenge  account corporation, Darius Mans.
{mosgoogle}
Ce dernier et la délégation américaine qui l’accompagnaient auraient finalement accepté de donner libre cours à l’approche du gouvernement de Boni Yayi,  qui serait guidée par le souci de mieux suivre  l’évolution de ce programme  afin de lui assurer une réussite totale. Selon  certaines sources,   le Vice-président du Mcc a accédé  à cette requête, également pour faire baisser le mercure qui montait déjà entre  la représentation locale de son institution, la coordination nationale de Mca-Bénin et le gouvernement. Mais avec le gage que cette nouvelle donne ne devrait en aucun cas porter  frein  à quelque action à mener au niveau de Mca-Bénin. Sur ce point, M. Darius Mans se  serait montré «très intransigeant » et aurait une fois encore martelé, que le moindre blocage non justifié, ou acte non confirme aux textes qui régissent  le programme,  conduiraient  au retrait pur et simple des fonds et à  leur rapatriement immédiat vers les Etats-Unis. Et c’est ici que se pose toute la problématique autour de  cette nouvelle monture du Conseil d’administration du Mca-Bénin. Etant donné qu’ils sont à des postes éminemment politiques, la présence  des ministres au sein de cet organe de prestige,  ne constituera –t-elle pas un moyen de récupération politique  des impressionnantes réalisations annoncées par le Mca-Bénin ?   

La présence des ministres ne va-t-elle pas, par ailleurs,  porter ombrage aux actions fort louables que mène  le Coordonnateur national Simon Pierre Adovèlandé dont le sens du leadership donne un certain rayonnement au Mca-Bénin ? Le débat fait rage actuellement dans certains milieux. D’aucuns soupçonnent aussi les élections présidentielles de 2011 qui feraient courir le pouvoir actuel dans tous les sens, à la quête de moyens susceptibles de lui garantir une victoire sans failles. 
{mosgoogle}
Au demeurant, il faut craindre que les ministres appelés à participer aux prochaines sessions du Conseil d’administration de Mca-Bénin,  ne jouent convenablement  leur rôle, lorsqu’on sait toutes les charges qu’ils portent déjà dans leurs départements respectifs. Quant au Président de cet organe, le ministre Issa Soulé Badarou, il  n’est  pas exclu qu’il attribue les acquis de ce programme à ses propres exploits et en ferait  l’exploitation médiatique qu’il en voudrait, consciemment ou inconsciemment.

Christian Tchanou