La Nouvelle Tribune

« Il faut que la constitution soit pétrie en communion avec le peuple » Selon le professeur Dandi Gnamou

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

Invitée sur l’émission 3D de la télévision nationale, qui a pour thème : ‘’Révision constitutionnelle, marche irréversible ?’’,  l’agrégée de droit des facultés, Dandi Gnamou,  a éclairé davantage l’opinion sur la polémique née de la révision de la constitution en République du Bénin.

Elle a scruté avec gourmandise la procédure de la révision et les grands axes du projet envoyé à l’Assemblée nationale par le gouvernement de la rupture…Et en tire une conclusion réconfortante mais argumentée : « Il faut que la constitution soit pétrie en communion avec peuple. » « Moi j’ai éprouvé une certaine perplexité face à cette procédure d’urgence à l’examen de notre loi fondamentale en session extraordinaire. La session extraordinaire dure 15 jours, donc parlé de ce qui définit notre vouloir vivre ensemble en 15 jours. Il m’a semblé que c’est un peu court » lâche l’actrice expérimentée des questions d’ordre juridique, avant de soutenir que c’est une mécompréhension du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, d’avoir accolé à la fois la session extraordinaire avec la procédure d’urgence.

La constitution, assure le professeur Dandi Gnamou offre deux voies pour la modifier, la voie référendaire et la voie parlementaire. Elle estime qu’on peut déplorer le fait qu’on ait choisi de passer par la voie parlementaire parce qu’une constitution, c’est l’âme d’une nation et comme telle, « il faut qu’elle soit pétrie en communion avec le peuple ». Ce qui importe aux yeux de l’agrégée, c’est la démarche de prise en compte, d’appropriation du projet par le peuple béninois, pour ce faire, elle soutient qu’il est important de regarder les bonnes pratiques, les meilleures pratiques dans le monde. Elle a également opiné sur le rééquilibrage des pouvoirs, le système partisan et l’élection des membres au sein des hautes juridictions.