La Nouvelle Tribune

Bénin: Me Hounkanrin préconise la révision de la constitution pour le développement

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

Me Martin Hounkanrin était l’invité de l’émission zone franche  de ce dimanche 19 mars 2017, sur la chaîne de télévision Canal 3 Bénin. Il s’est prononcé sur la question de la révision de la constitution.

La révision de la constitution est primordiale pour un meilleur développement du Bénin. C’est ce qui ressort en gros des propos tenus par Me Luc Martin Hounkanrin, ce dimanche 19 mars 2017. Invité de l’émission ‘’Zone franche’’ de la télévision Canal3, l’avocat s’est prononcé sur la question de la révision de la constitution, qui défraie la chronique ces derniers jours. Selon lui, le gouvernement est en droit de soumettre à l’Assemblée nationale le projet de loi portant modification de la constitution. Pour se justifier, il cite un article de la constitution qui stipule que : « l’initiative de la révision de la constitution appartient concurremment au président de la république, après décision prise en conseil des ministres, et aux membres de l’Assemblée Nationale. Pour être prise en considération, le projet ou la proposition de révision de la constitution doit être voté par la majorité des ¾ des membres composant l’Assemblée Nationale.

L’homme de droit en montrant la légalité de ce projet, fait également remarquer qu’il y a des polémiques à cause du climat de méfiance qui règne dans le pays, suite aux actes de mauvaise gouvernance enregistrés ces dernières années. Au passage, Il épingle le régime du Président Boni Yayi, qui a essayé en vain de réviser la constitution béninoise, à cause de l’échec de son concept du changement. Pour Me Hounkanrin, le peuple n’avait pas confiance et avait peur que la révision ne permette à ce dernier de se maintenir au pouvoir.

Ce n’est pas le cas du nouveau régime, qui dès la campagne présidentielle, a affiché sa volonté de réviser la constitution une fois arrivé au pouvoir selon les dires de l’avocat. Il trouve donc les polémiques autour de ce projet de loi déraisonnables. Il recommande au pouvoir d’expliquer au peuple que la constitution ne sera pas radicalement et complètement changée, mais qu’il s’agit simplement d’un toilettage pour corriger les failles en elle, et qui empêche le développement du pays.

« Le premier levier du développement est la loi fondamentale », a-t-il laissé entendre.

Me Martin Hounkanrin insiste en affirmant que le document fondamental du 11 décembre 1990, est excellent sur bien des points, mais comporte une faiblesse qu’il faut reconnaitre. Les travers qui sont dans la constitution incitent les gouvernants à commettre des dérives, et à les cacher sous le couvert de la démocratie selon lui. Banaliser les fonctions au sens de la citoyenneté, permettra aux Béninois d’évoluer. Le patriotisme doit l’emporter sur la chefferie.

C’est dans cet ordre d’idée qu’il déclare que le mandat unique est le plus adapté à l’Afrique, et particulièrement au Bénin. La course effrénée au pouvoir serait à la base des déviances commises par les politiques africains. Pour l’homme, le mandat unique à défaut de mettre fin à ces dérives, les réduira un tant soit peu. Les institutions budgétivores et tout ce qui n’apporte rien au développement du pays, sont à revoir par le biais de cette révision de la constitution