La Nouvelle Tribune

Commercialisation du vodoun : Verbatim des propos de Talon au lancement du Pag

Espace membre

« Il y a un aspect de notre programme qu’il convient de préciser, sur lequel, je voudrais donner des clarifications. Notre pays est laïc. Nous n’avons pas la vocation de faire la promotion du vodoun, nous n’en avons pas le droit. Tout à l’heure dans le programme touristique, nous avons évoqué que le Bénin vendra au monde entier son patrimoine culturel vodoun.

Peut-être que cela a été dit trop vite. Nous n’avons pas l’intention de faire la promotion de la spiritualité vodoun. Nous n’avons pas l’intention de faire la promotion de la religion vodoun. Mais nous devons reconnaître que nous avons une histoire, nous avons une origine, nous venons de quelque part. Nous entendons souvent les Européens dire que l’Europe occidentale est de culture judéo-chrétienne, pourtant, tous les pays d’Europe sont laïcs. Mais ils revendiquent leur histoire, leur culture qui provient de l’activité spirituelle de leurs aïeux.  Les communautés humaines, quelle que soit l’époque et quelle que soit la région, ont développé l’expression culturelle artistique à partir des besoins spirituels. Que ce soit en Asie, en Europe, En Amérique, quelle que soit l’époque, quand l’homme a créé Dieu, excusez-moi le terme, quand l’homme a créé sa pratique spirituelle, il a trouvé nécessaire de donner une explication à ces mystères. Les hommes ont eu besoin d’honorer Dieu, d’honorer leurs divinités. Et c’est par là que sont nées la plupart des expressions culturelles artistiques.

Il faut avoir le courage de dire mais nous nous provenons d’où ? Si l’Europe est de culture judéo-chrétienne, si l’Orient aujourd’hui se réclame de culture islamique, l’Afrique est de quelle culture ? Nos parents étaient des païens, nos aïeux étaient des païens. Ils ont créé les danses, ils ont créé le dessin, les masques et c’est cela qui a constitué notre patrimoine culturel et qui inspire nos artistes. L’Afrique est de culture vodoun. Aujourd’hui l’Afrique est laïque, elle est musulmane, elle est catholique, elle est même bouddhiste parfois, mais elle est de culture vodoun. Nous allons commercialiser nos valeurs culturelles. Nous allons révéler au monde ce patrimoine si riche, si intense, si beau. Le monde aura du plaisir à le découvrir. Allez s’asseoir dans une arène pour regarder les Guèlèdè danser n’a rien de spirituel. Ce n’est pas une adhésion à la spiritualité vodoun. Combien de fois les touristes vont visiter la mosquée de Gaza parce que c’est une œuvre architecturale extraordinaire ? Combien les touristes vont en Chine, en Inde, visiter les temples, pourtant ils ne sont pas bouddhistes ? Il y a un pays très touristique, Bali. Combien de millions de touristes sont déversés sur Bali rien que pour la culture balinaise. A Bali, les plages ne sont pas extraordinaires, il n’y a pas grand-chose. Mais il y a leur culture, la crémation de leurs morts. Parfois nous sommes heurtés par cela parce que ce n’est pas de notre culture, mais notre curiosité nous attire vers cela pour découvrir ce que c’est. Les temples hindouistes, si riches attirent la curiosité. Le Bénin fera autant. Parce que les autres savent profiter de leur culture, ils savent la vendre. Les autres n’ont pas de complexe, ils savent la vendre. Nous aussi, nous allons être décomplexés et nous allons vendre au monde entier ce que nous avons. Nous allons investir massivement pour révéler au monde ce que nous avons de particulier. Et en cela, je voudrais que les uns et les autres aient la grandeur et l’ouverture d’esprit qu’il faut pour accompagner cette politique d’investissement et de promotion des valeurs que nos parents, nos ancêtres nous ont laissées. »

Transcription : Léonce Gamaï