La Nouvelle Tribune

Première université des jeunes G et F

Espace membre

De rudes batailles en perpectives pour 2011
Samedi, la coordination de la « jeunesse unie pour la Nation » des G et F ont organisé des universités dans les 15ème et 16ème circonscriptions électorales. Au menu la restitution des travaux de leur congrès constitutif de février dernier et l’appel à la mobilisation pour le départ de Boni Yayi en 2011.
« Quand on scrute l’histoire de notre pays, tous les changements ont été apportés par les jeunes. Alors, nous devons dès maintenant nous mettre résolument à la tâche afin de changer le chauffeur en 2011». Ces propos du coordonateur national de la Jeunesse unie pour la Nation,  Mathias Agon expliquent suffisamment les tenants et les aboutissants de cette première sortie dans les circonscriptions électorales. Pour ce dernier, l’heure  a sonné pour que la jeunesse béninoise se mettent ensemble et change le cours de l’histoire du Bénin qui s’écrit aujourd’hui avec  les violations répétées des acquis de la Constitution et la mise en danger permanente de la paix. Devant le parterre de jeunes venus partager les fruits de leurs travaux de février dernier, les représentants des partis composants le G4, le G13 et Forces Clé ne sont pas allés de main morte pour peindre la gestion actuelle du pays. Pour Martial Hounou du Psd, régionalisme et improvisation caractérisent le pouvoir en place. Le secrétaire général du Prd, Moukaram Badarou lui succèdera au pupitre. Dans son message aux jeunes dont il se réclame d’ailleurs, il ne trouvera aucun crédit au gouvernement en place. Des élections communales chaotiques à l’envie hégémonique du pouvoir sur les institutions de la République en passant par les fausses promesses, Moukaram Badarou n’aura pas épargné Boni Yayi et ses ministres. Le plus virulent des intervenants aura été le deuxième vice président du Madep, l’honorable  Assan Séïbou. Dans une diatribe d’une rare violence ponctuée d’humour noire et de satire, il a démontré que Boni Yayi n’apporte rien au développement du Bénin. Pour preuve, il cite la construction de l’aéroport de Tourou à Parakou. Selon lui, ce n’est pas de cela que les populations ont besoin actuellement. Un terre-plein ou un parc pour les camions gros porteurs aurait été bénéfique. D’autres exemples de mauvaise gestion et de navigation à vue ont été cités et renforcés par Léhady Soglo. Il mettra l’accent sur la fracture ethnique, régionale et sociale qui est notée sous le régime de Yayi. Il appellera les jeunes à se tenir prêts pour la bataille de 2011 afin que les dérives au sommet de l’Etat cessent.
{mosgoogle}
Il faut signaler que dans la soirée du même samedi, après le siège du Madep à Akpakpa où s’est tenue la première séquence de ladite université, le 12ème arrondissement a également accueilli la coordination des jeunes G et F. Dans la matinée du dimanche, c’est avec Mme Célestine Zanou que la coordination a échangé sur les grands dossiers de la Nation. Très heureux de la richesse des débats avec leur sœur aînée, il est convenu désormais entre eux de se retrouver plus fréquemment afin de mieux travailler ensemble pour le bonheur du Bénin.

Benoît Mètonou