La Nouvelle Tribune

Victor Topanou à propos du débat contradictoire

Espace membre

V. Topanou« Le gouvernement est en permanence disponible »
Face à la presse hier, le porte-parole du gouvernement et ministre de la justice, Victor Topanou a abordé essentiellement deux sujets : le financement des partis politiques et la gestion des fonds de l’escorte.
Sur le premier point, le ministre Topanou a estimé que ce n’est que dans l’application d’une loi qu’on découvre ses insuffisances et limites. Pour dire en fait que, bien que conscient de l’insuffisance de la cagnotte de cinq millions de F Cfa (5.000.000 FCfa) que le gouvernement a accordé par député, il n’en demeure pas moins que cela répond aux prescriptions de l’article 40 de la charte des partis en République du Bénin.  Ledit article stipule en fait qu’il faut donner aux partis politiques qui ont des élus qui siègent à l’Assemblée nationale la somme de cinq millions au moins.

C’est donc un premier reconnaît-il tout en affirmant que le gouvernement était prêt pour ouvrir un débat à ce sujet. Surtout pour savoir s’il faut financer aussi les partis qui n’ont pas de députés à l’Assemblée nationale. Il précisera d’ailleurs que les fonds alloués ne sont pas destinés aux députés en particulier mais aux partis politiques au nom desquels ils siègent à l’Hémicycle. Pourquoi avoir choisi maintenant de subventionner les partis politiques, le porte-parole du gouvernement du Dr Boni Yayi explique que c’est parce qu’à travers la lutte contre la corruption le gouvernement a fermé les vannes financières qui alimentaient illicitement certains partis politiques que l’Exécutif a jugé bon de passer par le cadre légal pour leur octroyer de quoi fonctionner.
{mosgoogle}
Quant au second point qui concerne la gestion des fonds de l’escorte, le ministre a tenu a répondre à ceux qui ont réclamé un débat contradictoire sur le sujet. Pour lui, le gouvernement est en permanence disponible à prendre part à une confrontation. De leurs côtés, précisent-ils, ils n’attendent que le top soit donné par leurs opposants.

Benoît Mètonou