La Nouvelle Tribune

Preservation du patrimoine routier : l'article 14 de l'Uemoa simpose aux transporteurs

Espace membre

Informé du refus délibéré des transporteurs de payer les amendes pour des raisons de surcharge de leur camion au poste mobile de contrôle inopiné des charges à l’essieu installé pour la circonstance à Avogbana dans la commune de Bohicon, Jacques Ayadi, a fait une descente, vendredi 25 novembre 2016, sur les lieux  pour leur demander de se conformer aux règles avant de franchir le réseau routier béninois.

« Si vous ne payez pas vous ne bougez pas ». Cette déclaration du directeur des infrastructures, Jacques Ayadi, témoigne de la volonté du gouvernement  de la rupture de rompre avec les anciennes pratiques. En effet, le Dg, informé de ce que certains transporteurs refusent de payer les amendes qui leur sont  infligées au poste de contrôle inopiné d’Avogbana, a fait une descente pour non seulement constater par lui-même ce qui se passe sur le terrain mais aussi et surtout leur exiger des contrevenants qu’ils payent les amendes. Pour rappel, retenus pendant près de cinq jours à ce poste de péage, les transporteurs maliens  ont fait une délégation pour rencontrer le ministre des transports et  des infrastructures, Hervé Hêhomey pour lui faire part de cette situation. Suite à cela, le ministre  a donné des instructions pour qu’une délégation aille sur le terrain constater C’est  ainsi que cette délégation avec à sa tête le Dg des infrastructures a fait la descente le vendredi dernier. Arrivées sur les lieux, lesdites autorités ont constaté avec beaucoup d’amertume que ces transporteurs ont  tenu des propos mensongers. Jacques Ayadi explique  que le Bénin ne peut pas continuer à être le réservoir des camions qui détruisent les chaussées. Et qu’à cause de ce comportement, le Bénin a perdu beaucoup de bailleurs de fonds dans le secteur des transports. Selon lui, demander aux transporteurs de payer pour leur surcharge  vise à sauvegarder le patrimoine routier béninois et est en phase avec le règlement 14 de l’Union économique ouest africain (Uemoa)

Mise en œuvre du règlement 14 de l’Uemoa

Le règlement 14 de l’Uemoa entre en vigueur dans tous les Etats de l’espace Uemoa le 1er février 2017. Cette date a été retenue par les ministres des infrastructures des Etats de l’Uemoa les 22, 23 et 24 septembre passés lors de leurs assises. C’est donc pour  être en phase avec cette date que « nous sommes passés à la phase répressive de sa mise en œuvre » a laissé entendre Sylvain Avotrican, Directeur de la gestion et du suivi des infrastructures. Elle a commencé sur le tronçon Akassato-Bohicon en raison des surcharges qui sont constatées sur cette voie. En cas de non respect de la charge admise à l’essieu, le conducteur international doit écoper d’une amende de 60000f par tonne de surcharge, a fait savoir Sylvain Avotrican. Il doit aussi payer à l’Etat une somme de 20000f par tonne.  La première journée de l’opération a vu une vingtaine de véhicules contrôlés, 80 % de surcharge ont été constatées. Cette opération lancée mardi dernier et  qui vise à contrôler les charges  à l’essieu des véhicules lourds de transport de marchandises se poursuit.