La Nouvelle Tribune

Patronat béninois : Ajavon dévoile quelques chantiers de sa mandature

Espace membre

Réélu à la tête du conseil national du patronat du Bénin par une quasiment la totalité des membres, l’homme d’affaires Sébastien Germain Ajavon a dévoilé un pan des chantiers sur lequel il travaillera pendant la mandature 2016-2021.

 Le « roi de la volaille »  entend, entre autres, travailler pour améliorer la compétitivité des entreprises béninoises qui à l’en croire traversent depuis environ une dizaine d’années, une période difficile. Cependant, la deuxième fortune nationale, à en croire le magazine Forbes, qui a remercié les membres du patronat pour la confiance renouvelée exige que cette compétitivité soit équitable pour tous. Lire ci-dessous publiée, l’intégralité de son intervention après sa victoire.

« Je vous remercie du fond du cœur de m’avoir élu à nouveau ce vendredi 25 Novembre 2016 pour conduire la destinée de notre institution pour les années 2016-2021.  Dans la continuité de notre mandat avec mon équipe composée du Bureau Exécutif et du Comité Directeur, je placerai ce mandat sous le signe conjugué de l’indépendance affirmée, la représentativité renforcée, le service et le conseil pour nos membres.

Je suis déterminé à renforcer cette indépendance pour préserver l’intérêt de vos entreprises, de nos entreprises. Nous avons des points communs qui nous amènent à être ensemble dans ce creuset qu’est le patronat. Mes chefs d’entreprises, nous nous battons ; nous nous battons matin midi et soir. Nous nous battons pour notre entreprise, pour les hommes et les femmes qui la composent, pour ses clients, pour sa trésorerie, pour son bilan ; nous nous battons pour sa survie.

Nous nous connaissons bien ; de plus près de dix ans que nous traversons ensemble l’une des périodes les plus difficiles que les chefs d’entreprise aient jamais connus ; nous avons appris à nous apprécier. Nous savons que nous sommes maintenant très légitimement des acteurs majeurs  de la vie publique. Nous avons imposé avec succès  le débat économique dans l’élection présidentielle de 2016 pour que ni l’économie, ni l’entreprise ne soit jamais traitée autrement dans leur vraie place, c’est-à-dire la première place.

Nous devons démontrer notre union. Nous sommes d’une extraordinaire diversité. Au sein du CNP, se côtoient les patrons des PME dont les employés se comptent sur les doigts de la main : et présidents de grandes entreprises.

Je souhaite qu’en l’avenir, cette diversité caractérise l’esprit patronal. Cet esprit est bien éloigné de la cupidité. Dans cet esprit patronal que nous sommes unis et ne l’oublions jamais : « l’union fait la force ». Le CNP au cours de ce mandat qui s’ouvre va jouer son rôle de plaidoyer face au pouvoir public pour restaurer un climat des affaires  apaisé.

Pour ce faire il faut que l’action publique soit menée sur la base d’un diagnostic et apporte des réponses sans jamais s’immiscer  dans ce que l’Etat ne sait pas faire c’est-à-dire la création et la gestion en direct des entreprises. Nous nous devons aussi de dire que la solution à la crise qui sévit actuellement au Bénin passe par l’entreprise et par l’esprit d’entreprise et l’entreprise c’est nous tous.

Inlassablement, nous nous battrons pour la compétitivité de nos entreprises. Nous dirons et redirons que nous exigeons une compétitivité équitable. Je terminerai ces mots en vous remerciant encore de la confiance que vous avez porté à ma personne en me renouvelant votre soutien malgré que le 28 Octobre 2016, on a voulu me faire passer pour un grand criminel. Soyez-en remercier ; que Dieu tout puissant vous comble de ses bénédictions.

Vive le Conseil National du Patronat du Bénin !

Vive le Bénin, je vous remercie ! »