La Nouvelle Tribune

Bénin: le choix de la société SAFRAN pour le recensement administratif fait polémique

Espace membre

La période semble mauvaise pour le régime de la Rupture et du Nouveau départ. Après la décision d’attribuer le marché de sécurisation des aéroports, une autre décision prise lors du dernier conseil des ministres réuni le 18 novembre dernier suscite polémique.

Il s’agit de la décision relative au choix de la société française SAFRAN pour effectuer le recensement administratif à vocation d’identification de la population. Le choix de la société SAFRAN fait polémique du fait de la mauvaise réputation qui précède l’entreprise française dans la sous-région ouest-africaine.

Invité ce mercredi 23 novembre 2016 sur le plateau de l’émission   100 % Bénin » de la chaîne panafricaine SIKKA TV, Clotaire Olihidé, juriste et spécialiste des questions électorales, a évoqué un certain nombre de faits qui retirent toute crédibilité à la société SAFRAN. Il s’agit en premier lieu de la qualité de ses prestations qui laisse à désirer. Il donne pour preuve, les dernières prestations de la société française en Guinée Conakry et au Ghana. « Quand SAFRAN est intervenue en Guinée Conakry, le fichier qui en est sorti est impropre. (…) Lorsqu’elle est intervenue au Ghana, ça été pareil » a fait savoir Clotaire Olihidé indiquant que ces deux pays ont été contraints de débourser de nouvelles ressources et faire appel à d’autres opérateurs pour reprendre le travail.

Outre la qualité des prestations, le juriste reproche également à la société SAFRAN son implication des affaires de corruption notamment en Côte d’Ivoire, au Nigeria et au Mali.

Au vu de ces différents éléments, Clotaire Olihidé pense que c’est une grave erreur d’avoir attribué le recensement administratif à vocation d’identification de la population au groupe français qui, à en croire le ministre des Infrastructures et des Transports, est aussi la société à qui le gouvernement a accordé le marché de sécurisation des aéroports. Mais qui devra créer une société de droit béninois, notamment la société Morpho Dys pour l’exécution du contrat.