La Nouvelle Tribune

Bénin : extraits des déclarations de Soglo et Ajavon après leur rencontre

Espace membre

Sébastien Ajavon : « Franchement, je suis venu témoigner mon affection et mes remerciements à mon Papa, le Président Soglo. Il faut avoir des sages à son image dans un pays. Un pays sans sage court à sa perte.

Et comme je l’ai dit, l’image, il faut des décennies pour la faire, mais on peut la détruire en une journée. C’est ce qui a failli se passer, mais Dieu est au contrôle. Il faut remercier le Seigneur de nous avoir permis de vivre cela, et il faut savoir quand même qu’une frange de la population aussi nous aime parce que tout le monde a vu ce qui s’est passé. Il fallait demander le calme parce que nous n’avons qu’un seul pays et nous ne pourrions le détruire. Mais, cela ne dépendra pas que de moi seul. C’est pour ça que nous demandons que l’apaisement revienne dans le pays. Même, les pays qui se sont faits la guerre, où il y a eu des morts, des milliers de morts, après se sont revus autour d’une table et ont signé des traités de paix. Nous n’allons pas refuser de discuter et de trouver de bonnes perspectives pour notre pays. Nous n’avons qu’un seul pays, on est obligé de tout faire pour que le pays se porte bien. Et la misère est en train de faire son petit bonhomme de chemin  dans le pays. Nous devons vite trouver les solutions. C’est pour ça que je loue ce que le Président Soglo est en train de vouloir faire pour que le pays puisse mieux se porter et se développer dans la paix. Sans la paix, aucun développement ne peut se faire. Je vous remercie. »

Nicéphore Dieudonné SOGLO : « J’ai reçu ce matin le Président du Patronat, mon fils Sébastien Ajavon, pour l’écouter , suite cette affaire qui a une résonnance internationale et qui a créé une grave tension dans le pays. Je l’ai écouté et je pense qu’il serait souhaitable que nous demandions que les deux se réconcilient. Et cela ne peut se faire que dans un cadre plus large. Le président Ajavon m’a dit ce qu’il avait comme accord avec le chef de l’Etat, Patrice Talon. Il m’a aussi dit que le pays est au-dessus de nous tous.  Nous avons besoin que tous les deux se parlent, s’entendent, sinon, ce serait du gâchis pour notre peuple. Et quand on réfléchit à plusieurs, on trouve toujours une solution. Donc, j’attends que le Président Talon revienne de mission et qu’on se retrouve pour calmer tout cela. Sincèrement ,il faut que nous calmions le jeu, dans l’intérêt supérieur de la nation. Parce que le pays est au-dessus de nous tous. Nous avons besoin de tous les deux pour le développement du pays. Nous avons réalisé à la présidentielle dernière, une prouesse formidable en mettant dehors la Françafrique et il ne faut pas que nous tombions à nouveau. Il faut que l’expérience des autres pays nous serve. Je suis heureux de la disponibilité du Président du Patronat, monsieur Ajavon et le remercie pour sa disponibilité à œuvrer pour la paix dans notre pays. Nous attendons de rencontrer le Président Talon. Je vous remercie monsieur le journaliste ».

Propos recueilis et transcrits par Gérard Agognon (l’Evènement précis)