La Nouvelle Tribune

Bénin : Sébastien Ajavon s'éloigne de la gestion du pouvoir

Espace membre

Dans un article publié ce jour sur LNT, nous parlions de la précocité de la bataille Talon - Ajavon (lire ici). Dans une interview parue sur le Monde Afrique, Sébastien Ajavon a attaqué le gouvernement de la Rupture l'accusant d'avoir voulu l'humilier.

"On pouvait juste me convoquer pour faire la lumière sur ce qui s’est passé. Ils ont voulu m’humilier et me créer des problèmes. Je suis très respecté dans le domaine de l’agroalimentaire à travers le monde et non dans le domaine de la drogue." lâche t-il sur la dernière affaire.  

Mais le magnat de la volaille ne s'en tient pas à cette critique. Les divergences entre Patrice Talon et Ajavon semble remonter à plus loin, depuis la nomination des ministres de la rupture : "Nous avons un accord formel et bien écrit qui n’a pas été respecté : nous devions obtenir le tiers des postes ministériels. Nous n’avons eu que trois petits ministères, qui sont gérés depuis la présidence. Pour moi, ce n’est pas une bonne collaboration."

Mais il rassure, il ne vas pas systématiquement critiquer les actions du gouvernement.

Ajavon se met à l'écart

Il n’y a plus de doute. Les relations de collaboration politique le Chef de l’Etat Patrice Guillaume Athanase Talon et son allié Sébastien Germain Ajavon sont du passé. Dans une interview accordée à nos confrères du Monde Afrique, le président du conseil national du patronat et homme politique arrivé en 3ème position lors de la dernière élection présidentielle de mars 2016 a clairement annoncé la rupture de ses relations avec le pouvoir en place depuis le 6 avril dernier. « Je m’éloigne de la gestion du pouvoir », a expressément déclaré celui que les Béninois ont surnommé « roi de la volaille » pour avoir fait fortune dans l’importation et la commercialisation de produits surgelés. « Je ne sais pas s’il faut l’appeler cela de l’opposition. Je me mets à l’écart », a poursuivi « Fofo Séba » comme l’appellent ses sympathisants avant d’ajouter qu’il ne va cependant pas critiquer systématiquement tout ce que l’actuel locataire de la Marina posera comme acte ou prendra comme décision. « Si ce sont de bonnes choses, je le dirai, sinon, je le dénoncerai », a en effet souligné Sébastien Ajavon.

Il faut rappeler que la rupture de la collaboration entre les deux hommes d’affaires couvait depuis la formation du gouvernement où des informations aujourd’hui confirmées par le « roi de la volaille » faisaient état de ce que l’accord politique entre les présidents Talon et Ajavon n’avait pas été respecté. Mais elle a été précipitée par l’affaire de cocaïne qui a éclaté fin octobre et dans laquelle le président directeur général du groupe Cajaf-Comon, Sébastien Ajavon a été gardé à vue pendant huit jours avant d’être relaxé par le tribunal de première instance de Cotonou « au bénéfice du doute ». Ceci, après un procès épique qui a duré plus de dix heures d’horloge.

Lire ici l'interview complète