La Nouvelle Tribune

Bénin : Talon abandonne l’option du référendum

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

Devant les populations  de Parakou vendredi dernier, le chef de l’Etat a déclaré, qu’au regard des contraintes juridiques, le référendum annoncé n’aura plus lieu. Le peuple sera plutôt « consulté » sur les différentes propositions de réformes politiques et institutionnelles prévues sous son régime.

C’est certain. Au Bénin, il n’y aura plus de référendum constitutionnel pour acter les réformes politiques et institutionnelles prévues par le président Patrice Talon. En tout cas, l’ancien roi du coton, devenu chef de l’Etat béninois depuis le 06 avril 2016, ne veut plus en organiser. Il l’a annoncé vendredi 11 novembre dernier à Parakou, 1èreétape de sa tournée septentrionale. « Dans les deux ou trois mois à venir maximum, je vais vous soumettre mon projet de réforme », a annoncé le chantre de la rupture devant les forces vives de la cité des Kobourou. Dans ce message dont la version audio est diffusée sur la chaine Soudcloud de la présidence, le chef de l’Etat explique que « Ce ne sera pas un référendum, parce que juridiquement, nous n’avons pas les moyens de le faire. Ce sera une consultation ; je vais vous consulter sur l’ensemble des réformes que je compte opérer au plan politique pour soutenir la réforme administrative ». Comme s’il lançait déjà la campagne de communication gouvernementale sur cette « consultation », le président Patrice Talon a « prié », ses hôtes de lui « faire confiance », de « croire » en lui en « donnant un feu vert pour ses réformes afin que pendant les quatre ans qui reste l’équipe (le gouvernement, Ndlr) puisse se consacrer à la mise en œuvre efficace du programme ».

Contourner la loi référendaire ?

Thème phare de son projet de société, le président Patrice Talon avait lancé son chantier de réformes politiques et institutionnelles tout juste un mois après son investiture. Sa principale proposition de réforme, qui cristallise les attentions est celle du mandat présidentiel ; passé d’un quinquennat renouvelable une seule fois à un septennat unique. Dirigée par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Joseph Djogbénou, la commission chargée des réformes politiques et institutionnelle a été officiellement installée le 06 mai 2016. Moins de deux mois plus tard, le 28 juin, la commission déposait au chef de l’Etat son rapport de soixante-et-un pages, sans les annexes. «Nous allons nous efforcer assez rapidement pour examiner en détail le contenu de ce rapport, afin de sortir le projet de révision de notre Constitution que nous allons soumettre au parlement dans les meilleurs délais. Ceci, afin que le peuple soit saisi comme souverain avant l’année prochaine », avait déclaré le président à la réception du rapport Djogbénou.

Ceci n’est pourtant plus possible au regard de