La Nouvelle Tribune

Bénin : voici pourquoi le gouvernement refuse de publier les rapports d’audit

Espace membre

Un plan sur lequel le régime Talon va certainement décevoir l’opinion publique. Depuis son avènement le 06 avril 2016, le gouvernement de la « rupture » pour un « nouveau départ » a commandité des audits de plusieurs dossiers et structures étatiques.

Le dernier en date, c’est l’audit du chantier de construction du nouveau siège de l’Assemblée Nationale, autorisé par le Conseil des ministres du 04 novembre dernier. Contrairement à certaines attentes, le gouvernement ne publiera pas les rapports de ces audits. Le ministre de la Justice garde des Sceaux, Joseph Djogbénou en a fait cas ce mardi 08 novembre. C’était justement lors d’une conférence de presse co-animée avec son collègue du Cadre de Vie, José Didier Tonato, pour fournir aux médias des détails sur l’audit du musée national de la corruption, situé à l’entrée de Porto-Novo. « La lutte contre la corruption suppose que les résultats des enquêtes administratives soient transmis au juge.

A partir du moment où c’est transmis au juge, le gouvernement empièterait sur les prérogatives judiciaires s’il publie les résultats », a expliqué le ministre Djogbénou. « Si nous prenions le parti de ne pas saisir directement le juge, nous publions les audits, a-t-il poursuivi. Si nous voulons procéder par voie de cynisme, on peut le faire. Nous retardons la saisine du juge et publions les rapports d’audit.Vous commencez par crier et nous saisissons le juge. » En agissant ainsi, a déduit le garde des Sceaux, le gouvernement aura fait juger par l’opinion les personnes impliquées, qui bénéficient pourtant de la présomption d’innocence. « On ne veut pas être cynique, mais on veut lutter contre l’impunité sérieusement et efficacement », a assuré le ministre de la Justice après avoir rappelé que certains rapports d’audit ont déjà été transmis au juge