La Nouvelle Tribune

Occupation anarchique des artères routières à Cotonou : le Préfet Toboula accuse la mairie

Espace membre

La mairie devrait régler le problème de l’occupation anarchique des artères routières par des commerçants et autres à Cotonou. Le Préfet du département du Littoral, Modeste Toboula est formel là-dessus.

Invité de la rencontre hebdomadaire des acteurs des médias, ‘’Café média plus’’, le représentant de l’Etat central dans le département du littoral a accusé les autorités communales d’être à l’origine de l’occupation anarchique des artères routières. « Si aujourd’hui, nous avons des occupations anarchiques tous azimuts sur le département, cela relèvent d’abord de la responsabilité du maire et du conseil communal », a clairement déclaré le Préfet Toboula.

Selon l’autorité préfectorale, ce sont le maire et le conseil communal qui ont permis qu’on en arrive là. « Si Cotonou est dans cet état, c’est la faute à la mairie », accuse Modeste Toboula. Pour le représentant de l’Etat central au niveau département du Littoral, « s’ils- le maire et le conseil communal- avaient joué leur rôle », Cotonou ne serait pas dans l’état actuel dans lequel il se trouve. Selon le Préfet Toboula, c’est d’ailleurs parce que la mairie ne fait pas son travail que la préfecture s’est trouvée contrainte de prendre ses responsabilités en procédant au déguerpissement des occupants illégaux.

Mais ces déguerpissements ne vont-ils pas créer des charges supplémentaires à l’Etat ? Non, a confié le Préfet qui explique qu’il n’y a aucun dédommagement à payer à qui que ce soit dans le cadre de ces déguerpissements d’autant que les personnes concernées se sont installées de façon illégale sur le domaine de l’Etat.