La Nouvelle Tribune

Actualisation de la LEPI : L’Ong Alcrer relève des inquiétudes

Espace membre

Des inquiétudes dans le processus d’actualisation de la Liste électorale permanente informatisée (LEPI) enclenché il y a peu. C’est à en croire l’Ong Alcrer.

Dans un communiqué parvenu à la rédaction de La Nouvelle Tribune, l’Ong que dirige Martin Assogba a en effet alerté l’opinion sur les difficultés que rencontre le Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (COS-LEPI) installé le 22 août dernier dans l’accomplissement de sa mission d’actualisation du fichier électoral. D’ordre financières, ces difficultés ont d’ailleurs été portées à la connaissance du Chef de l’Etat qui a, on se rappelle, reçu en audience les membres du COS-LEPI le 20 octobre dernier. Mais depuis, à en croire le communiqué, rien n’a bougé. L’Ong appelle donc le gouvernement à faire diligence.

Trouver ci-dessous, la quintessence du communiqué de l’Ong Alcrer

 COMMUNIQUE DE L’ONG ALCRER

ALCRER EXHORTE LE GOUVERNEMENT A DOTER LE COS-LEPI DE RESSOURCES POUR L’ACTUALISATION DU FICHIER ELECTORAL

Depuis quelques jours, l’ONG ALCRER note avec inquiétude les difficultés persistantes du Conseil d’Orientation et de Supervision de la Liste Electorale Permanente Informatisée (COS-LEPI) - installé le 22 août 2016 en vue de l’actualisation du fichier électoral – à mener avec diligence ses activités en raison du manque de ressources financières. Cette situation exposée au Chef de l’Etat le 20 octobre 2016, à la faveur d’une séance de travail à la Présidence de la République, demeure à ce jour encore sans solution, selon nos investigations. Au regard des exigences du Code électoral qui dispose en son article 264 : « L’apurement, la correction, la mise à jour et l’actualisation du fichier électoral se fait chaque année du 1er octobre au 31 décembre. La liste électorale permanente informatisée est publiée le 15 janvier de chaque année… », l’ONG ALCRER qui œuvre à l’enracinement de la Démocratie dans notre pays depuis plusieurs années, s’inquiète du retard dans la mise à disposition du COS-LEPI de moyens financiers et en appelle au gouvernement du Président Patrice Talon pour le décaissement dans les meilleurs délais des fonds indispensables pour l’actualisation du fichier électoral. La prompte réaction du gouvernement de la Rupture constituerait en effet un gage de sa détermination à continuer de faire jouer aux différentes institutions leurs rôles et d’œuvrer pour la consolidation de la Démocratie Béninoise acquise de haute lutte depuis l’avènement de notre Conférence des forces vives de la Nation en Février 1990.

Le Directeur Exécutif de l’ONG ALCRER

 

Martin ASSOGBA