La Nouvelle Tribune

Déclaration de patrimoines : l’He Abimbola pense que «la loi est mal fichue»

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

La constitution du 11 décembre 1990 fait obligation aux députés, membres du gouvernement et autres de déclarer leurs biens à l’entrée et à la fin de leurs fonctions. Mais cette disposition constitutionnelle est très peu respectée par les élus du peuple.

Seulement 6 députés ont satisfait à cette exigence. Interrogé hier, dimanche dans l’émission ‘’Grand rendez-vous’’ de la radio privée ‘’Soleil Fm’’ sur ce qui justifierait cette attitude de ses collègues, le député Hervé Jean-Michel Abimbola, un des rares députés à avoir respecté cette disposition, a pointé un doigt accusateur sur la loi.

Selon l’élu de la 21ème circonscription électorale, la loi est mal ficelée. « Très honnêtement, la loi est mal fichue », a jugé l’honorable Abimbola. « Parce que, explique le député, on ne peut pas demander à des gens qui ne gèrent pas des fonds publics de déclarer leurs biens ». Soulignant que la déclaration de patrimoine n’est pas du « voyeurisme » mais plutôt un mécanisme pour « éviter les enrichissements illicites », l’élu pense qu’elle devrait être imposée seulement aux personnes qui gèrent les fonds publics.

Lire Déclaration de patrimoine : Talon et Houngbédji, deux mauvais exemples pour deux institutions

Ainsi, le député Abimbola trouve-t-il normal que les membres du  gouvernement soient contraints de déclarer leurs biens à la prise et à la fin de leurs fonctions. «Que le président de l’Assemblée nationale et les questeurs déclarent leurs biens, je veux bien comprendre », a également admis le député  qui dit ne pas comprendre pour quelles raisons on demande à des chefs d’arrondissements, de villages de déclarer leurs biens.  « Il y a quelque chose qui ne va pas », a estimé le député pour qui la loi dans sa forme actuelle n’est pas « pratique » et mérite d’être revisitée.

Mais avant cette réforme, l’honorable Abimbola pense qu’il faudra faire comprendre le bien fondé à la population pour éviter que l’on croit que c’est parce que les députés ont « volé » et « veulent cacher ». Mais en attendant, « la loi existe et à partir du moment où elle existe, on doit l’appliquer, on doit la respecter », a conclu Jean-Michel Abimbola.