La Nouvelle Tribune

Dans le cadre de sa mission d’explications

Espace membre

M. AdjahoLa commission Adjaho renvoyée à Savalou
Alors qu’elle arrive pour la deuxième fois en l’espace de deux mois en vue de  recueillir leur avis sur les propositions pour un nouveau découpage territorial, la commission Adjaho a été empêchée par les populations de Savalou de tenir sa séance.
« (…) Nous venons pour une séance qui est la suite de celle que nous avons eue récemment avec vous. Nous avons jugé bon de vous rendre compte directement de ce que notre commission a proposé au gouvernement. C’est du moins ce que nous avons souhaité et obtenu du président de la République.

Il s’agira pour nous de recueillir vos réactions sur notre travail afin de le rendre définitif et déposer au chef de l’Etat » Par ces mots, Richard Adjaho, à la tête d’une délégation de la commission chargée du découpage territorial, a introduit mercredi à Savalou, une rencontre avec les populations qui n’ira pas à son terme. Et pour cause ! Furieuses d’apprendre que dans ses propositions la commission Adjaho a fait de la commune de Savè, un chef-lieu de département, les populations de Savalou notamment les jeunes s’en sont simplement pris aux membres de la commission qui étaient face à elles, les traitant de tous les noms pour finir par les obliger à mettre un terme à la rencontre.

En effet, à peine M. Adjaho a-t-il terminé ses propos liminaires et que la parole a été donnée à la masse que les indignations et autres récriminations ont commencé par fuser de toutes parts. Ainsi, « M. Adjaho, vous êtes mauvais, vous êtes le bourreau de la commune de Savalou et personne ne l’a oublié ici...Allez dire à Boni Yayi que Savalou ne veut pas de votre travail, il est vilain et traduit votre parti pris. Car M. Adjaho, vous êtes maternellement de Savè, nous le savons tous que vous voudriez bien faire plaisir à vos parents.
{mosgoogle}
Depuis toujours nous Savalois et nos frères de Dassa avons toujours vécu fraternellement mais le découpage version Adjaho vient nous opposer et veut nous diviser à jamais… » ont crié entre autres les intervenants scandant des slogans du genre « Héélou é ! Adjaho Héélou é… »

Souleymane Boukari