La Nouvelle Tribune

Universités du Bénin : comment le gouvernement châtie les étudiants

A lire

Gambie : des militaires gambiens et ceux de la CEDEAO encerclent le village de Jammeh

LA GRANDE RUPTURE du Dr Yacouba FASSASSI

Espace membre

L’issue des récents mouvements de protestations sur les campus des universités publiques du Bénin, notamment à l’Université d’Abomey-Calavi prend une tournure affligeante pour les étudiants. En sa séance hebdomadaire du Conseil des ministres ce mercredi 5 octobre, le gouvernement a pris deux décisions dignes d’un châtiment contre les organisations estudiantines. 

« Face à la recrudescence des faits de violence et de vandalisme et pour des raisons qui sont inhérentes à l’ordre public, le Conseil a pris les deux décisions suivantes. La première : toutes les fédérations, unions, associations ou organisations faitières d’étudiants sont interdites d’activités dans toutes les quatre universités nationales. Deuxièmement, les conditions d’exercice des activités et/ou de reconnaissance des associations d’étudiants sont définies par décret pris en Conseil des ministres » a annoncé le ministre d’Etat, Secrétaire général à la présidence dans son point à la presse.

« Le Conseil a adopté un décret qui consacre ces deux décisions, donc le décret portant interdiction d’activité des fédérations, unions, associations ou organisation faitières d’étudiants dans toutes les universités nationales du Bénin » a-t-il ajouté. Selon le gouvernement, ces décisions sont motivées par un rapport accablant d’une enquête commanditée sur les récents évènements à l’université d’Abomey-Calavi. « La vie sociale sur les campus pose problème, nous le savons tous. Le Conseil des ministres a pris connaissance des résultats des enquêtes administratives sur les cas de violences et actes de vandalisme survenus sur le campus d’Abomey-Calavi. Résultat des enquêtes administratives sur le mode de recrutement par les organisations estudiantines d’anciens militaires et sur la délimitation de zone dites interdites sur le campus ; ces zones étant devenues des zones de torture » a fait savoir le ministre d’Etat précisant que « Le Conseil réaffirme, avec les autorités rectorales, que l’université est un haut lieu de savoir où doivent être garantis à tout moment, la paix, la sécurité et le libre accès aux campus ».