La Nouvelle Tribune

Conseil communal de Djidja : Placide Avimadjènon «n’est plus un maire légitime»

Espace membre

La crise au conseil communal de Djidja, commune du département du Zou, est loin d’être du passé. Vendredi 30 septembre dernier, en effet, la troisième session ordinaire programmée par la première autorité de la commune a fini en queue de poisson.

La session a été simplement et purement reportée à une date ultérieure par le maire Placide Avimadjènon du fait d’une tension au sein du conseil. Certains conseillers communaux, la majorité, réclament depuis plusieurs semaines la tête du maire. Estimant que l’actuel locataire de l’hôtel de ville de Djidja « n’est plus un maire légitime » comme l’a confié le deuxième adjoint au maire, Théophile Dako, ces derniers s’attendaient à ce que la session de défiance qu’ils réclament depuis des semaines soient effective.

A lire Allada : le maire Mathias Djigla destitué mais le vote contesté

Ils ont donc été surpris que le vote de défiance ne soit pas inscrit à l’ordre du jour de la dernière session. Et à en croire le deuxième adjoint au maire, les conseillers dissidents n’ont pu cacher leur surprise. Ils ont donc asséné toutes sortes de questions au maire Avimadjènon qui s’est vu obligé de suspendre la session ordinaire.

Échappatoire 

Presque opposé à sa sortie, le maire Placide Avimadjènon cherche des issues. Au micro de nos confrères de la télévision privée Golfe Tv Africa, le maire dit « supplier » les conseillers dissidents à ce qu’ils reviennent à bons sentiments. Aussi, le maire invite-t-il la population à  les « juger ». « Les cadres de Djidja, qui sont un peu partout. Qu’ils soient à l’intérieur de Djidja, dans les communes environnantes (…), les fils et filles de la commune de Djidja qui sont à Cotonou et même à l’Extérieur qui peuvent intervenir pour que ceci se calme, je les invite à se mettre ensemble pour ramener la balle à terre pour le développement de la commune », a appelé le maire.