La Nouvelle Tribune

Après 11 ans de carrière politique : Fred Houénou abdique

Espace membre

Quitter la scène politique  après seulement onze ans de carrière. Abandonner toutes ses responsabilités politiques alors qu’on  n’a même pas encore quarante ans et qu’on avoue soi- même avoir laissé un chantier inachevé. C’est pourtant le choix paradoxal fait par Fred Adriano Houenou. Dans une déclaration faite samedi 1er octobre sur sa page facebook, il a annoncé, avec un brin de regret, son retrait de la vie politique.

Désespéré, dit-il, vis-à-vis de la gouvernance des dirigeants actuels, en manque d’énergie nécessaire pour continuer à orienter les jeunes, il a fini par jeter le froc aux orties. Samedi 1er octobre, Fred Houenou, comme c’est de lui qu’il s’agit s’est débarrassé de toutes ses casquettes politiques pour entrer dans une autre vie. « En effet, après moult réflexions, je suis arrivé à la conclusion selon laquelle il fallait me retirer de la lutte politique active », a-t-il annoncé. Conséquence de cette annonce, il démissionne de la tête De l’Union des jeunes progressistes du Bénin(Ujpb) et du Gmr dont il était le porte parole. Mesurant l’émoi et la surprise d’une telle décision, il présente ses excuses à tous ceux que celle-ci pourrait choquer. Et pour cause, il y a à peine une semaine sur l’émission « le Grand débat » de Soleil Fm, l’intéressé était encore tout feu tout flamme, plein d’énergie et d’engagement dans sa volonté de s’opposer à la politique du président Patrice Talon. Dans cette même annonce, il rappelle son riche parcours politique qui l’a conduit des organisations estudiantines jusqu’au sommet du pouvoir et se félicite d’avoir servi la république et d’avoir appris surtout aux côtés de ses parrains politiques le Général Kérékou, Kamarou Fassassi, Boni Yayi et Valentin Houdé. Seul regret, on ne saura pas toutes les motivations de cette décision somme toute surprenante, intervenue alors qu’il est à l’extérieur du pays.

Lire Bénin : Comment Fred Houénou justifie « l’incohérence » de ses choix politiques

Joint, l’intéressé très émotif a semblé justifier son abdication par des raisons subjectives. « Je suis un homme engagé dans tout ce que j’entreprends et je ne fais pas à moitié. Je l’ai fait parce que j’y croyais mais aujourd’hui je n’y crois plus. Je suis convaincu que je n’ai plus ma place dans le monde politique béninois », a-t-il affirmé avant d’ajouter qu’il consacrera son temps à ses activités personnelles, l’enseignement et s’occuper de ses enfants.  Cette déclaration succincte ferme la page d’une courte et riche carrière politique d’un jeune mais laisse planer le mystère sur les vrais mobiles de cette démission