La Nouvelle Tribune

Ministère de l’agriculture : Le gouvernement béninois met plus de 1000 agents au chômage

Espace membre

Vague de licenciements dans la chaîne de dépenses publiques au Bénin. Le nombre de sans-emplois va connaitre une hausse considérable à compter de ce jour. En effet, le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche a, dans un message en date du jeudi 29 septembre 2016, notifié aux directeurs généraux de Carder de tous les départements du pays de mettre fin aux contrats de 1045 agents contractuels locaux recrutés en 2012 par l’Ons et reversés en Ace en 2014.

Dans ce message, le ministre Delphin Koudandé a invité les différents directeurs généraux des Carder de « prendre les dispositions nécessaires pour mettre fin aux contrats des agents ». Pis, le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche a précisé que la fin des contrats doit prendre effet ce jour, vendredi 30 septembre pour les agents de la première vague et au 31 octobre prochain pour ceux de la deuxième vague. Et pourtant, dans le message du ministre, nulle part, les raisons qui motivent la rupture desdits contrats n’ont été énumérées.

Le ministre de l’agriculture n’est pas à son premier acte du genre. Le vendredi 23 septembre dernier, il a adressé une correspondance aux directeurs généraux de Abssa, Apah, Adma et Fnda dont l’objet est : « la notification de préavis au personnel non Ape et Ace des agences ». Là encore, le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Delphin Koudandé n’a pas évoqué les motifs de sa décision. Il a simplement instruit les directeurs concernés de « bien vouloir prendre des dispositions en vue de notifier à tout le personnel en service sous leurs ordres, en dehors des Agents de l’Etat, la rupture du lien de travail avec le ministère de l’agriculture pour le 31 décembre rigoureusement ».

Mais dans ce cas précis, le ministre a recommandé aux directeurs des agences ci-dessus citées, d’adresser des lettres de notifications de trois mois de préavis aux intéressés dans le but de « régler les questions relatives aux droits de licenciement »