La Nouvelle Tribune

Fermeture des centres universitaires de Savè et de Tchaourou: le gouvernement à la barre

Espace membre

Le gouvernement du Président Patrice Guillaume Athanase Talon, principalement le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, risque d’avoir à nouveau des heures chaudes à l’Assemblée nationale.

Pour cause, deux députés, en l’occurrence les honorables  André Okounlola et Adam Bagoudou viennent d’adresser des questions d’actualités au gouvernement pour lui demander des comptes, notamment au sujet de la fermeture annoncée des centres universitaires de Savè et de Tchaourou pour l’année académique à venir.  Lire ci-dessous l’intégralité des questions d’actualités adressées au gouvernement par l’élu de la 8ème et celui de la 10ème circonscription électorale.

A lire Nouvelle carte universitaire: le Frd évoque le cas Porto-Novo avec la ministre Attanasso

Questions d’actualités

Le Gouvernement à travers Madame le Ministre des Enseignements Supérieurs vient d’instruire les Autorités rectorales des quatre Universités de la nouvelle carte universitaire à polémique quelques Doyens des Centres Universitaires d’interdire de faire des investissements et de recruter de nouveaux bacheliers en 1ere année pour le compte de l’année 2016-2017 dans les Centres Universitaires de Save et de Tchaourou. Pourtant ces centres universitaires ont en général bénéficié de lourds investissements financés sur budget national en particulier celui de Tchaourou qui a été installé dans un domaine de près de cinquante hectares et qui a bénéficié des infrastructures définitives (Amphithéâtre, bureaux, salles polyvalentes, etc..). Toutefois, dans le Compte Rendu hebdomadaire du Gouvernement, le Ministre d’Etat, porte-parole du Gouvernement, a fait un point de presse en annonçant la création de deux autres Centres Universitaires.

Des centaines de nouveaux bacheliers résident dans ces localités et n’ont pas les moyens de se déplacer vers d’autres villes pour entamer leur cursus universitaire. Cet état de chose pourrait engendrer l’abandon des cours par certains bacheliers, faute de moyens de déplacement et d’hébergement. Pour ce faire, il est demandé au Gouvernement :

1-Pourquoi une telle décision de la part du Gouvernement ?

2-Est-ce qu’une telle mesure est opportune et judicieuse à la veille de la rentrée ?

3-Quelles sont les dispositions prises par le Gouvernement pour que les étudiants qui veulent s’inscrire dans ces différents Centres Universitaires soient réorientés vers d’autres Centres ?

Ont signé

Hon. André Okounlola-Biaou Hon. Adam Bagoudou