La Nouvelle Tribune

Le Bénin honore Me Jacques Migan et 18 avocats du Cifaf

Espace membre

La grande chancelière de l’ordre national du Bénin, Koubourath Osséni a procédé ce jeudi à la remise de médailles et d’attestations de reconnaissance à dix-neuf bâtonniers œuvrant au rayonnement du Centre international de formation des avocats francophones (Cifaf) admis dans divers ordres nationaux au cours d’une cérémonie de distinction au Chant d’oiseau de Cotonou.

Les avocats francophones à l’honneur au Bénin. Au chant d’oiseau de Cotonou a eu lieu ce jeudi 15 septembre 2016, la cérémonie de distinction et d’élévation d’une vingtaine de bâtonniers du Bénin, de pays d’Afrique francophone et de France œuvrant au rayonnement du Centre international de formation des avocats francophones (Cifaf) admis dans divers ordres nationaux du Bénin. Il s’agit selon Koubourath Osséni, la grande chancelière de l’ordre national du Bénin, des premiers admis dans les ordres nationaux du Bénin depuis l’arrivée au pouvoir du Président Patrice Talon.

« La citation dans l’ordre national du Bénin est la plus grande distinction qu’un Etat réserve à ses plus valeureux citoyens » a rappelé la grande chancelière à l’attention des heureux récipiendaires parmi lesquels le bâtonnier Jacques Migan, actuel directeur du Cifaf fait commandeur de l’ordre national du Bénin et le bâtonnier Alfred Pognon, précédemment directeur du même centre élevé au rang de Dignité de grand officier de l’ordre national du Bénin.

Cette première cérémonie de réception de récipiendaires dans les divers ordres nationaux sous le régime Talon revêt une importance particulière selon Mme Osséni. « La valeur ici est d’autant plus grande qu’il s’agit du droit, des hommes et femmes de droit dont la fonction traditionnelle est de conseiller et de défendre les droits de la personne humaine en justice en plaidant pour faire valoir leurs intérêts » a-t-elle déclaré soulignant que «Les praticiens du droit sont indispensables dans un pays démocratique et partout où fleurit une aspiration à un Etat de droit ».

Avant de procéder aux remises de médailles, conformément aux us et coutumes établis à la grande chancellerie de l’ordre nationale du Bénin, la grande chancelière a évoqué le parcours de vie professionnels de ces heureux récipiendaires qui reçoivent les honneurs et la reconnaissance du peuple béninois. Se réjouissant de cet honneur, le bâtonnier Luc Adjé-Kocou, avocat au barreau ivoirien et porte-parole des récipiendaires a exprimé leur gratitude au peuple béninois. « Le Bénin, sans chauvinisme, s’illustre comme une terre de culture du mérite » a-t-il déclaré.

Le Cifaf, a par ailleurs rappelé Mme Osséni, a déjà formé des avocats de toute l’Afrique francophone et est devenu un passage obligé. Elle a aussi souligné l’importance du rôle joué par Me Jacques Migan dans l’avènement et le rayonnement de ce centre