La Nouvelle Tribune

Bénin : Bientôt des recrutements d’enseignants dans les 3 ordres d’enseignement

Espace membre

En réponses aux questions des journalistes, le ministre d’Etat, Secrétaire général à la Présidence, a annoncé quelques solutions du gouvernement au problème de déficit d’enseignants dans l’enseignement public ainsi que le retard dans le décaissement des subventions allouées aux universités publiques.

Le flux des nouveaux bacheliers et étudiants vers les centres universitaires entraîne aussi une augmentation des besoins de ces universités en matière d’hébergement et de restauration. Qu’entend faire le gouvernement à ce niveau ?

Je vous ai parlé du programme d’urgence qui relève directement du gouvernement et donc qui appelle des besoins urgents de financement. Bien entendu, il y a d’autres éléments qui entreront en ligne de compte dont l’hébergement. Les autorités universitaires sont là pour aider. Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui a évoqué ces problèmes est tout à fait disponible aussi pour apporter sa contribution. Chacun de nous doit prendre en charge l’importance de cette question. Donc il ne s’agit pas de dire que le gouvernement fera tout. Le gouvernement fera ce qui est dans son rôle. Les autorités universitaires feront également ce qui est de leur rôle et les populations aussi ; les parents d’élèves accompagneront les étudiants.

Le plan d’urgence n’est-il pas en contradiction avec la promesse du gouvernement au député concernant l’adoption d’une carte universitaire consensuelle ?

Ce n’est pas tout ce qui se fait qu’on voit. Il y a un dialogue en cours entre certains acteurs, les honorables et certains membres du gouvernement. Le dialogue est chapeauté, par ailleurs, par le chef de l’Etat lui-même. La semaine dernière nous avons eu une rencontre avec les présidents de commissions au Parlement. Renouer le dialogue est important. Le chef de l’Etat prendra le relais sous peu. Mais ne pensez pas un instant que rien ne se fait. Beaucoup de choses se font et vous découvrirez en temps utile ce qui va se passer.

Que fait le gouvernement pour combler le déficit d’enseignants dans les universités publiques ?

Oui, il y a un sérieux problème de manque d’enseignants. Nous avons pour l’ensemble des universités, à peu près 1200 enseignants dont un peu moins de 300 professeurs titulaires. C’est insuffisant. Et le gouvernement envisage des recrutements qui seront lancés bientôt. Le calendrier est en train d’être affiné. Le lancement des recrutements, c’est dans les trois ordres d’enseignement. On n’attendra pas de finir pour l’enseignement secondaire avant d’engager pour l’enseignement supérieur. Ce sera fait à la chaîne selon une feuille de route qui est en cours d’élaboration, ou déjà finalisée. Donc bientôt les concours seront lancés. Ce n’est pas seulement dans l’enseignement, dans beaucoup d’autres corps.

Y aura-t-il une augmentation des subventions allouées aux universités publiques ?

Nous ne sommes pas encore à l’arbitrage budgétaire. Donc il faut attendre ce moment-là pour qu’on parle d’augmentation de ressources. Mais ce qui est déjà important à noter, c’est que les ressources qui seront destinées aux universités ou bien aux écoles, arriveront au cours de l’année 2016-2017 à temps. Cette option est déjà prise. Maintenant pour les montants, il y a beaucoup d’arbitrages budgétaires qui seront fait à ce moment-là. Mais je peux vous dire qu’il n’y aura pas de réduction.