La Nouvelle Tribune

Assemblée Rapp: La situation inquiétante au Gabon préoccupe les participants

Espace membre

L’hôtel Myosotis de Cotonou abrite depuis lundi et ce pour cinq jours, les assises de la 13è assemblée générale du Réseau Africain des Personnels des Parlements (Rapp) autour du thème «  Le Parlement et la consolidation de l’Etat de droit ». C’est le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale, l’honorable Robert Gbian, qui a procédé en lieu et place du président de l’Assemblée nationale empêché, à l’ouverture des travaux en présence de la présidente du Rapp, Marie-Joséphine Diallo.

Dans son mot de bienvenue, le Secrétaire Général Administratif (Sga) de l’Assemblée nationale, Mahamadou Alassane dira que c’est un moment de retrouvaille pour partager les expériences acquises. Il a eu aussi une pensée à l’endroit de leurs collègues gabonais qui subissent des affres qui auront probablement des conséquences sur leur épanouissement. Il a souhaité que les travaux se déroulent dans de meilleures conditions possibles.

« Que la paix et la stabilité reviennent dans ce pays… » a martelé la présidente du Rapp en soutien aux Gabonais.

Elle a profité de cette occasion pour plaider en faveur des administrations parlementaires performantes. La présidente du Rapp n’a pas manqué de saluer les efforts que déploie la section nationale béninoise du Rapp pour avoir inclu dans l’ordre du jour de la présente assemblée générale, une session de formation qui portera cette année sur « l’étude et l’analyse du budget de l’Etat » proposée par la commission étude et formation. Ceci pour mieux assister les élus du peuple dans l’accomplissement de leur mission. « Il est important que la représentation nationale, réceptacle des aspirations des populations, puisse cerner les éléments clés du budget afin d’en assurer quotidiennement le contrôle et le suivi » a t-elle précisé. Enfin, ce fut le tour du 2è vice-président de l’Assemblée nationale, au nom du président Adrien Houngbédji, de formuler les vœux de bonne réussite des présentes assises. Selon lui, pour assurer une bonne gouvernance, il faut avoir des Parlements forts à exercer pleinement leur rôle de contrôle de l’action gouvernementale, bien outillés en la matière et disposant d’un personnel administratif formé et conscient des nouvelles exigences démocratiques.

D’autres conseils ont été prodigués aux participants. Il a souhaité que de nombreuses recommandations soient faites au cours des travaux dans le cadre d’une administration performante