La Nouvelle Tribune

Bénin : un nouveau parti d’opposition au régime Talon est né

Espace membre

Le microcosme politique béninois vient une nouvelle fois de s’enrichir. Un nouveau parti a en effet été porté sur les fonts baptismaux. Il s’agit du Parti pour la libération du peuple (PLP).

L’acte de naissance de ce parti politique a été signé ce dimanche 14 août 2016 à la faveur d’un congrès constitutif organisé à Cotonou. Présidé par Léonce Houngbadji, le Parti pour la libération du peuple se veut un parti d’opposition au régime du Président Patrice Guillaume Athanase Talon. Dans sa déclaration lors du congrès, le président du parti PLP a indiqué que leurs assises se tiennent à « un moment où nous assistons avec consternation et non sans surprise à certaines pratiques malsaines. »

Entre autres pratiques malsaines, il évoque  les intimidations, les chantages, les répressions et brimades. Face à ces pratiques qui seraient celles du régime actuel, le Parti pour la libération du peuple promet de barrer la voie à la politique de la Rupture et du Nouveau départ qui serait, aux dires de Léonce Houngbadji, un adepte de la pensée unique qui se veut « hégémonique et dénie à tous les autres Béninois, le simple droit à l’expression ». « Au Parti pour la libération du peuple, nous disons de façon claire et sans équivoque que jamais nous ne permettrons de flétrir la démocratie pour laquelle nous nous sommes si longtemps battus », a déclaré le journaliste qui s’est depuis quelques mois a troqué sa plume contre un manteau de d’homme politique.

Se voulant de l’Opposition constructive, le parti souhaite que le gouvernement ne limite pas les audits à la filière véhicules d’occasion mais l’étende à la Société pour le développement du coton, au Programme de vérification des importations (PVI) et à la centrale électrique de Maria-Gléta. Aussi, souhaite-t-il la période de l’audit soit 2006-2016. Le PLP souhaiterait la création de l’office béninois des recettes pour la sécurisation les fonds mobilisés par les régies financières.