La Nouvelle Tribune

Dispositif sécuritaire à Cotonou : ce que le ministre Homeky pense de la décision du préfet Toboula

Espace membre

Depuis le 18 juillet dernier, un nouveau dispositif de sécurité interdisant l’accès aux marchés des engins à deux roues, des bus, des véhicules communément appelés « bâchés » et des camions gros-porteurs est entré en vigueur dans la ville de Cotonou.

Ce nouveau dispositif sécuritaire mis en place par le Préfet du département du Littoral, Modeste Toboula, cause de nombreux désagréments aux usagers des marchés Dantokpa, plus grand marché de l’Afrique de l’Ouest, et du marché de friperies, Missèbo, qui ne cachent point leurs mécontentements.

Invité vendredi dernier à « Café média plus », la rencontre hebdomadaire des acteurs des médias, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Oswald Homeky, s’est prononcé sur cette décision préfectorale. Le ministre pense que c’est une décision qui est efficace. « Franchement, depuis la prise de cette mesure, il n’y a pas eu de braquage dans cette zone. Cela veut dire que ça apporte quelque chose », a fait remarquer le ministre de la Jeunesse et des Sports. Mais avant, l’autorité ministérielle a d’abord apporté des clarifications sur l’auteur de la décision qui fâche. Selon Oswald Homeky, le préfet Toboula n’est pas à l’origine de la décision, il n’est que le signataire. A en croire le patron du ministère de la Jeunesse et des Sports, la décision émane plutôt du conseil préfectoral qui, après avoir analysé les braquages autrefois récurrents dans la zone commerciale, s’est rendu compte que l’un des facteurs, c’est la facilité pour les malfrats de se remorquer à moto, d’opérer et de repartir sans pouvoir se faire prendre.

Lors de sa rencontre avec les acteurs des médias vendredi, le ministre Homeky a également indiqué que la mesure est approuvée par les commerçants, les victimes des braquages. Selon les dires du ministre, ce sont d’ailleurs les commerçants qui se sont cotisés pour mettre à disposition des autorités les chicanes installés ça et là sur les voies qui mènent dans les marchés Dantokpa et Missèbo.  

S’agissant des besoins de passage pour atteindre l’hôpital de la mère et de l’enfant (HOMEL), le ministre Homeky a indiqué que des réflexions sont en cours au niveau des autorités gouvernementales.