La Nouvelle Tribune

Politisation de l’administration au Bénin : L’Abdc se penche sur la question

Espace membre

Dans le souci de contribuer à une meilleure réforme de l’administration publique au Bénin, L«’Association Béninoise du Droit Constitutionnel» (Abdc) a sollicité une étude sur la politisation et les performances de cette administration. Lisez ci-dessous quelques lignes sur l’étude

L’étude sur la politisation et les performances de l’administration publique béninoise a été sollicitée par « l’Association Béninoise du Droit Constitutionnel ABDC».

Cette étude a pour objectifs de :

  • Contribuer à une meilleure réforme de l’administration publique au Bénin ;
    • procéder à une analyse approfondie de la thématique en mettant en exergue d’autres systèmes de gestion administrative et les moyens mis en œuvre pour parvenir à des résultats ;
    • présenter un tableau récapitulatif comportant  les atouts  et  les faiblesses de l’administration  publique ainsi que leurs conséquences sur le système de gestion de l’administration ;
    • procéder à une recherche documentaire  en la matière auprès des institutions publiques compétentes ;
    • faire des propositions de mesures correctives pour une amélioration de la situation actuelle de l’administration publique béninoise.
  • Au terme de l’étude :
    • une analyse est faite et tient compte  de l’existence du problème et de son ampleur ;
    • les différents acteurs sont connus ;
    • les mesures d’accompagnement sont proposées en vue de remédier à cette situation au Bénin ;

La méthodologie

1) Sur la base des termes de référence ci-dessus indiqués et dans le souci d’atteindre les objectifs de l’étude, les résultats escomptés, nous avons procédé d’abord à la revue de la littérature et à une enquête de terrain.

2) Au plan pratique, elle nous a permis de collecter et  d’examiner les rapports d’activités dans les ministères, les différents instruments juridiques propres au champ d’étude, les résultats des états généraux sur l’administration publique béninoise et ceux des enquêtes réalisées sur la modernisation de la fonction publique en 2011 et 2013.

3) Au plan théorique, nous avons consulté les articles, les journaux, les revues, les mémoires, les ouvrages consacrés à la thématique. Cette démarche a été complétée par les résultats des enquêtes de terrain. C’est ainsi que nous avons organisé des interviews, rencontrer les usagers anonymes, les responsables des services dans les ministères, les mairies et institutions (Office des Fonctions Publiques Africaines, Directeur du Cabinet du Ministère du Travail, de la Réforme Administrative et Institutionnelle, les Responsables des Ressources Humaines du Ministère du Tourisme, les Inspecteurs des Emplois Publics du Ministère de l’Agriculture, le Responsable de la bibliothèque de la Mairie d’Allada, de Calavi, de Cotonou ainsi que les Directeurs de la Réforme Administrative et Institutionnelle, de la Fonction Publique de la République du Togo).

4) Sur la base de l’ensemble des informations recueillies, nous avons procédé à l’état des lieux de l’administration publique béninoise par rapport à sa politisation et à sa performance.

5) Nous avons noté que l’administration publique béninoise a d’énormes atouts grâce à des réformes engagées mais  malheureusement n’ont jamais été conduites à terme.

6) Cette situation a exacerbé ses faiblesses en plus de celles liées à la mentalité du fonctionnaire béninois à la quête de meilleures conditions de vie et de rémunération. Face à ces défis à relever, des mesures correctives ont été envisagées. Leur mise en œuvre mettra sur orbite l’administration et la fonction publique béninoises.

7) Ainsi l’étude se divise en deux parties :

8) La Première Partie porte sur la clarification du concept d’administration publique, ses origines, son évolution, son organisation, son fonctionnement, sa finalité, ses atouts et ses faiblesses ;

9) La Deuxième Partie a mis l’accent sur les indicateurs et les acteurs de la politisation de l’administration publique béninoise et à propos, suggère les mesures correctives.