La Nouvelle Tribune

An un du maire Karimou Souradjou: Un bilan négatif selon le collectif Kobourou

Espace membre

Un an seulement après son arrivée à l’hôtel de ville de Parakou, la gestion du maire Karimou Souradjou est presque en disgrâce auprès des populations. Et pour cause, sa gestion opaque et autocratique déchante beaucoup de Parakois. En témoigne la déclaration faite hier par les jeunes du collectif Kobourou-lue par Abdoulaye Mama - de Parakou qui lui demande simplement de démissionner.

«A défaut de se muer rapidement en un manager rassembleur, les jeunes réunis autour du Collectif Kobourou des Jeunes de Parakou l’invitent à démissionner. ». C’est la porte de sortie trouvée au maire Karimou Souradjou par les jeunes de Parakou visiblement de ses écarts de gestion et sa volonté de gérer de manière autocratique cette ville. Et les jeunes ne manquent pas d’arguments.

« Les actions sont non seulement très en deçà des objectifs et attentes, mais il importe de signaler qu’elles sont exécutées dans des conditions aux antipodes d’une démocratie participative et d’une bonne gouvernance des marchés passés pour les travaux d’assainissement des voies n’auraient pas respecté les procédures de passation de marché et sentent l’odeur d’une forte corruption. La preuve, ces travaux tournent aujourd’hui au ralenti ».

Et ce n’est pas tout : «  Au début du mois de juillet 2016, juste avant le Ramadan , le Maire a fait débloquer une somme d’environ 5.500.000f CFA en régie pour une activité non exécutée de fourniture de carburant pour les engins lourds alors qu’aucune demande de fonds n’a été faite par la Dst ». Aussi, « la construction des caniveaux de Alaga, Boundarou, Sinagourou et Banikani n’est pas financée  sur fonds propres de la Mairie mais sur le Fonds d’Appui au Développement des Communes (FADeC) de 2014 et 2015 ». Les jeunes fustigent le fait qu’aucun projet planifié pour le fonds Fadec n’est réalisé mais déplore le fait que seuls les projets financés sur fonds propres qui sont réalisés. Il s’agit de la communication dans lequel  cent millions sont consommés. Pour les réformes foncières qu’il a prises comme une priorité, « il a encore capitulé face à la mafia et préfère collaborer pour assurer ses arrières. En 12 mois, le Maire Souradjou n’a voulu élucider ni sanctionner aucun cas de lotissements sauvages ni de vols de réserves administratives », déplorent-ils avant d’ajouter que Parakou a besoin d’un maire manager, rassembleur et qui gère les ressources de la mairie avec parcimonie. C’est pourquoi ils disent sans ambages qu’ils adouberont la destitution de ce maire