La Nouvelle Tribune

Caucus africain au Bénin : Le coup de charme de Patrice Talon

Espace membre

Opération séduction du président Patrice Talon! Pendant qu’il assistait ce jeudi 4 août à la cérémonie d’ouverture du Caucus Africain 2016, le Chef de l’Etat s’est illustré comme un panafricain.

On ne l’a pas vu aussi déterminé et convaincant depuis la campagne électorale de février/mars dernier. Le président de la République Patrice Talon a,  dans son discours poignant prononcé à la cérémonie d’ouverture du Caucus Africain 2016, fait un plaidoyer pour la mobilisation des ressources essentielles en vue de la transformation structurelle de l’Afrique.

Affichant sa fierté d’être Africain, le président Talon n’a pas manqué de mots pour appeler à un sursaut d’orgueil des Gouverneurs et sommités de la finance internationale. « J’ai foi que vous serez en mesure de faire du sommet de Cotonou, un sommet qui va rentrer dans l’histoire. Parce que le monde va mal et nous avons espoir que l’homme est capable de vaincre les difficultés qui s’opposent à lui dans son développement, l’homme est capable d’opérer les changements qu’imposent son développement, son épanouissement » a lancé le Chef de l’Etat à l’endroit des Gouverneurs et participants du Caucus africain 2016.

Dans cette dynamique, Patrice Talon déclare : « Et je sais que les Gouverneurs africains que vous êtes, que les personnes en charge des finances et du développement des pays africains que vous êtes, vous êtes capables de sortir le meilleur de vous-mêmes pour convaincre les institutions que vous managez aux côtés de vos confrères occidentaux pour que l’Afrique soit un continent d’intérêt général ».

Lire Patrimoine béninois : Et si le gouvernement adoptait la politique du «connais-toi, toi-même» !

Notre continent a beaucoup de mal à rattraper le train du développement, Talon en est conscient. Et c’est pour cette raison qu’il invite les Gouverneurs à s'impliquer : «  Il est temps de nous prendre en charge nous-mêmes aussi dans ce monde de solidarité et d’interactivité » a-t-il laissé entendre. Dans un discours conquérant et motivateur, Talon explique que « L’Afrique va mal et demeure de plus en plus vulnérable » et garde espoir que « vous (les gouverneurs, Ndlr) pouvez trouver les arguments pour mobiliser les ressources  qui existe dans le monde et de manière abondante pour le plan Marshall au service de l’Afrique ».

Talon, le charmeur

« Je ne suis pas pessimiste mais je sais que vous avez la parole de vaincre et que vous serez capables d’avoir les mots qu’il faut pour convaincre le monde aux côtés des institutions, à faire une importante masse d’argent, de ressources financières qu’ils cherchent à investir soient mobilisés au profit de l’Afrique parce que dans quelques années, nous serons capables d’atteindre des niveaux de croissance capable de faire de l’Afrique, la nouvelle région d’espoir du monde ».  C’est par cette éloquente déclaration qui appelle à fois à une auto-remise en cause et à une prise de conscience générale des dirigeants africains que le président Talon à demander aux sommités de la finance internationale de faire confiance au contient.

Le chef de l’Etat continue son opération de séduction et de charme et fait remarquer que « C’est vrai que nous (Afrique, Ndlr) n’étions pas au rendez-vous des grandes mutations à l’occasion desquelles le monde s’est mobilisé après la Seconde Guerre pour relancer le développement humain mais nous ne sommes pas non plus loin d’un autre choc humanitaire : la pauvreté risque d’être pire que la Deuxième Guerre mondiale. Si le monde ne fait rien pour combattre cette pauvreté, le monde ira mal ».

Confiant que le continent peut relever le défi, Patrice Talon lance son coup de charme : « Si nous sommes disposés à montrer que nous pouvons mieux  nous organiser, que nous pouvons être plus sérieux et nous pouvons être plus déterminants au service de notre développement, le monde croira en nous. Je crois personnellement en vous »