La Nouvelle Tribune

Cos-Lépi 2016 : L’Assemblée désigne ses représentants ce jour

Espace membre

Les députés vont entamer ce jour la désignation de leurs représentants au sein du Conseil d’Orientation et de Supervision (Cos) et dans les Commissions Communales d’Actualisation (Cca) conformément à la décision de la séance plénière du jeudi 07 juillet 2016 dernier où les députés ont adopté la clé de répartition pour la désignation de leurs représentants au sein du Cos et des Cca.

Au total, les députés auront à désigner ce jour les neuf (09) représentants au Cos et cent cinquante quatre (154) des deux cent trente un (231) membres des Cca. En ce qui concerne la désignation dans les Cca, trois (03) membres seront désignés par communes à raison de deux (02) par l’Assemblée nationale en plus du responsable de l’Etat-civil de la commune. Il faut signaler que le rapport de la Commission des lois, adopté, a proposé que la désignation des représentants de l’Assemblée nationale au sein du Cos et des Cca se fasse sur la base de la configuration politique, majorité parlementaire et opposition parlementaire, telle qu’elle était à l’occasion de l’élection du président de l’Assemblée nationale.

Ceci tenant compte des dispositions des articles 48.2 et 55.2 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale et des articles 220 et 230 de la loi 2013-06 du 25 novembre 2013 portant code électoral en République du Bénin. Ainsi, la majorité parlementaire de 42 députés ayant porté le président Adrien Houngbédji au perchoir, proposera cinq (05) membres. Il s’agit des groupes parlementaires Prd (10 députés), Unité-Paix et Développement (10 députés), Rb-Abt (09 députés) et UN (13 députés).

Lire Bénin : Les tueries de Guéné suscitent moult débats à l’hémicycle

Quant à la minorité parlementaire composée des députés Fcbe et leurs alliés composés de 40 députés au total, proposera quatre (04) membres. A ces neuf (09) membres s’ajoutera le Directeur général de l’Insae et le Directeur général de l’Etat-civil. Tandis que pour les membres des Cca, la majorité parlementaire et l’opposition  parlementaires proposent chacune, un membre par communes à qui s’ajoute le responsable du service en charge de l’Etat-civil et de la population de la commune