La Nouvelle Tribune

Un an après les municipales : La Cour suprême rend une décision à Adjohoun

Espace membre

Comme le dit un adage populaire « tout vient à point à qui sait attendre », même si l’attente peut s’avérer des plus longues comme peut le témoigner aujourd’hui le leader de la jeunesse d’Adjohoun, Roland Da Hefa.

En effet il vient d’être rétabli dans ses droits par la Cour suprême. Alors que personne ne vendait chère sa peau et que les manœuvres de dissuasion se faisaient légion, l’homme est allé à l’assaut du siège de conseiller municipal d’Azowlissè dans la commune d’Adjohoun sur la liste FCBE. Il a été positionné à l’époque comme un joker pour sauver les meubles au sein de l’Alliance Force Cauris pour un Bénin Émergent qui était en difficulté dans cette commune face à d'autres formations comme l'AND.

Annoncé d'abord perdant, la Cour suprême a choisi, après recours, le chemin inverse. Par un arrêt Ousmane Batoko et les siens ont reconnu à Roland Da Hêfa, la légitimité de siéger désormais au conseil communal d’Adjohoun et de participer activement aux prises de décisions dans sa commune natale en lieu et place de Sévérin Gnonlonfoun autrefois 3ème titulaire sur la liste AND et ancien chef d’arrondissement d’Azowlissè.

Une victoire donc pour Roland Da Hefa que ses détracteurs ont tôt fait d’enterrer au lendemain des élections. Les cartes ont donc été redistribuées dans la vallée de l’ouémé pour les joutes à venir.