La Nouvelle Tribune

Représentativité des femmes : Adélaïde Fassinou invite Talon à «changer la donne»

Espace membre

Invitée sur radio Soleil Fm hier, l’enseignante Adélaïde Fassinou Allagbada s’offusque du faible taux de représentativité des femmes à des postes de décision par le nouveau régime. Après avoir exprimé la colère des femmes par rapport à ce fait, elle a invité le président Talon à leur faire confiance et corriger le tir.

C’est convaincue comme Mongo Béti que nul ne peut parler des femmes qu’elles-mêmes que Adélaïde Fassinou Allagbada est montée au créneau hier. Reçue sur radio Soleil Fm, ce mercredi 6 juillet 2016, l’enseignante à l’Université d’Abomey-Calavi a défendu les femmes. Pour elle, la femme est plus avertie pour discuter des questions qui touchent le développement et doit être associée au plus haut niveau de prises de décisions.

Sans ambages, l’écrivain estime que «les femmes sont une forêt de compétences». Elle est péremptoire sur le fait qu’il y a au Bénin, des femmes compétentes dans tous les domaines. Alors il n’est pas question pour elles de se contenter des miettes. La femme amazone pense que le président Talon n’est pas reconnaissant envers les femmes qui pourtant ont beaucoup œuvré pour son avènement au pouvoir. Avec son discours franc au profit de la promotion de femme qu’on lui connaît depuis 25 ans déjà, l’invitée a exprimé la colère des femmes béninoises face au régime Talon.

Lire Bénin : les Osc dénoncent la mise à l'écart des femmes par le président Talon

«Nous sommes fâchées nous les femmes. Nous avons mouillé le maillot. Nous avons été les gardiennes du temple. Pendant la campagne, de la vendeuse de tomate jusqu’à la femme cadre, les femmes se sont battues contre la continuité et pour la rupture. Mais hélas ! Nous sommes plus que déçues

Elle trouve que les femmes sont laissées au quai de la gare et s’en offusque. Le Bénin, défend-elle, doit faire des progrès significatifs sur la question de représentativité des femmes dans les sphères de décision comme c’est le cas au Togo avec Faure Gnassingbé. Elle indique que le Bénin ne peut prétendre à un réel et durable développement en écartant 52% de la population que représente les femmes. «Nous ne voulons plus rester au fond de la salle pour que les hommes restent autour de la table et prennent les décisions à notre place» refuse l’amazone qui dénonce : «Les hommes veulent que nous continuions à émarger au ministère de la main tendue.» «Ça suffit. Il faut que le président Talon, l’homme de la réforme opère des réformes dans ce sens» plaide-t-elle