La Nouvelle Tribune

Bio Tchané : «pas question de mettre des impôts sur le kpayo»

Espace membre

Nouvelle précision dans le dossier de la lutte contre l’essence de contrebande. Alors que plusieurs  sources ont annoncé que le gouvernement béninois veut imposer une taxe sur l’essence frelaté communément appelé « Kpayo » au Bénin, le ministre d’Etat Abdoulaye a réfuté l’idée ce lundi en marge d’une conférence de presse qu’il a donnée sur l’emprunt obligataire contracté par le pays.

« Il n’a jamais été question, en tout cas  pour l’instant, de prélever des taxes sur le kpayo. Quand le ministre de des Finances  a parlé de la situation sur le marché pétrolier, il a dit l’objectif du gouvernement et je réitère cela.  L’objectif du gouvernement est de rapprocher le prix sur le marché informel donc du kpayo et le prix dans les stations, faire en sorte que les prix soient suffisamment si proches pour que les consommateurs ne soient pas attirés vers le kpayo » a reprécisé le ministre Bio Tchané estimant que les explications de son collègue de l’Economie et des Finances n’avait pas été  bien saisie par l’opinion publique.

 La stratégie pour aboutir à cet objectif, selon Bio Tchané est de « réduire la  fiscalité sur les produits à la pompe ». Selon lui, si on utilise la fiscalité pour réduire les prix à la pompe, il y aura une possibilité pour que, à un moment ou un autre, les prix soient suffisamment proches pour que les consommateurs aillent à la pompe.  Ce n’est pas aussi simple à faire dans le contexte béninois. « Aujourd’hui, nous savons que les stations que nous avons dans notre pays  ne sont pas suffisantes pour approvisionner  tout le monde si nous décidons d’aller tous à la pompe » a reconnu le ministre.  Pour cela, le gouvernement entend mettre en place des « mesures structurelles qui vont être prises ». En prélude à la prise de ces mesures les membres du gouvernement continuent de réfléchir à la stratégie à adopter avec les opérateurs du secteur privé qui selon le ministre doivent prendre le relais.  Que cela soit donc clair pour tous, selon Bio Tchané, « Il n’est pas question de mettre des impôts sur le kpayo ».